Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Hygiène et désinfection. Le nouveau protocole Covid-19 prône la modération


Publié le 7 juil. 2020 16:55:00

 

Non sans rappeler l'importance de la désinfection des surfaces et points de contact, le ministère du Travail appelle à un usage raisonnable des désinfectants. La dernière mouture du protocole national des déconfinement pour les entreprises, mis à jour le 24 juin par le ministère du Travail, desserre donc un peu l'étau pour les DRH et chef d'entreprises au moment de convaincre les salariés de revenir au bureau en toute sécurité, mais reprend aussi les règles à respecter en matière de nettoyage et désinfection. « Le nouveau protocole qui entre en vigueur dès aujourd’hui tient compte de l’évolution de la situation sanitaire. Il est plus souple tout en maintenant une vigilance pour protéger les salariés comme les clients. La reprise de l’activité ne doit pas empêcher la prudence. Nous devons rester vigilants car le virus circule toujours. Ce nouveau guide permet donc d’accompagner les entreprises, les employeurs et les salariés dans cette nouvelle phase de reprise de l’activité », souligne Muriel Pénicaud, ministre du Travail.

« Pour nettoyer les surfaces et objets fréquemment touchés et potentiellement contaminés, il conviendra d’utiliser un produit actif sur le virus SARS-CoV-2. Ce produit doit être compatible avec les surfaces et objets traités. Par exemple, les savons, les dégraissants, les détergents et les détachants qui contiennent un ou plusieurs tensioactifs (qui solubiliseraient l’enveloppe lipidique du virus), ou le nettoyage à la vapeur sont proposés », précisent les auteurs du protocole qui insistent par ailleurs sur la nécessité de ne réaliser ces opérations de désinfection qu'en cas de réel besoin.

Des désinfections massives inutiles

Une position prise également par les représentants du C2DS (Comité pour le développement durable en santé), qui regrettent, dans un récent communiqué de presse « le retour à une désinfection chimique des bâtiments ouverts au public, et cela au mépris d’une logique de base d’hygiène, du code de l’environnement et du respect des milieux air et eau ». « Il faut rappeler que dans un hôpital, seul le sol des blocs opératoires justifie une désinfection, tous les autres sols peuvent simplement être nettoyés. Or, nous assistons actuellement à des désinfections massives inutiles dans des lieux publics: dans les écoles, les rues, les Ehpad... », note Philippe Carenco, médecin hygiéniste à l'hôpital d'Hyères (Var) cité dans le communiqué du C2DS.

 

Partager l'article