Espace abonné
Mon panier
 

Toute l'actualités de l'entretien pro des textiles : blanchisseries, pressings

 

Le leader de la location-entretien  annonce un chiffre d’affaires record pour l’année 2019, en hausse de 4,7%. « Elis atteint en 2019 un nouveau record de chiffre d’affaires, à 3,3 milliards d’euros. Le groupe démontre ainsi sa capacité à répercuter dans ses prix l’inflation de sa base de coûts, tout en améliorant son activité commerciale et le taux de rétention de ses clients. La croissance organique ressort ainsi à +3,3% sur l’année, parmi les plus hauts niveaux historiques du groupe, souligne Xavier Martiré, le président du directoire d’Elis. Nous continuons d’ouvrir de nombreux marchés à la location-entretien, en particulier sur le segment du vêtement professionnel en Amérique latine, en Europe du Sud et en Europe de l’Est. Au Royaume-Uni, nous poursuivons le redressement industriel et commercial, avec des indicateurs opérationnels en nette amélioration, même si le chiffre d’affaires organique de la zone est toujours en léger repli. »

Des résultats enthousiasmants

En France, la performance est estimée très satisfaisante : le groupe note une bonne dynamique commerciale et une amélioration du taux de renouvellement de ses contrats. « En 2019, la croissance organique en France atteint +3,2%. Tous nos marchés sont bien orientés grâce à une amélioration de la rétention de nos clients, dont l’activité est bonne. Le quatrièmetrimestre affiche une croissance organique de +3,0%, avec un impact limité des mouvements de grèves des services publics sur notre activité hôtellerie au mois de décembre. »

Dans le détail, cela s’accélère en Scandinavie et Europe de l’Est (+3,7%), où le marché est tiré par une bonne dynamique du linge plat en Suède et au Danemark.

Le redressement opérationnel au Royaume-Uni et en Irlande se poursuit (-1,2%) : ici, on note une hausse des prix en hôtellerie-restauration et une amélioration du taux de rétention en vêtement professionnel. 

En Europe du Sud, la croissance est soutenue (+7,4%) : un résultat qui marque le succès des hausses de prix en Espagne et la poursuite de l’ouverture du marché du vêtement professionnel dans la zone. L’Amérique latine reste toujours très bien orientée (+7,1%), portée par le développement de l’externalisation au Brésil, sur tous les segments du groupe.

Une nouvelle acquisition en Europe centrale

Elis affiche par ailleurs une bonne dynamique en Europe centrale (+2,8%), avec une croissance forte en Pologne et aux Pays-Bas, plus modérée en Allemagne. Le géant blanc vient d’ailleurs d’annoncer ce lundi l’acquisition de Textile Washing Company  en Tchéquie. Ce groupe familial, situé à Kralovice, dont l’activité est entièrement dédiée à la location-entretien de linge plat pour des clients provenant principalement du secteur de l’hôtellerie-restauration, a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires d’environ 4,5 millions d’euros. « L’acquisition de Textile Washing Company permet à Elis de renforcer ses positions sur le segment du linge plat en Tchéquie, pays qui présente également un fort potentiel en vêtement professionnel. Le directeur de site conservera ses fonctions, ce qui permettra de réaliser l’intégration de manière efficace », indique Xavier Martiré. Et de conclure : « Comme à notre habitude, nous annoncerons nos objectifs pour l’année en cours lors de la publication de nos résultats annuels 2019, le 4 mars prochain. »

 

Harmony , dont la distribution en France est assurée par Yamamoto Europe , est un détergent dont la conception a été pensée autour des problématiques majeures en termes de nettoyage à l’eau : rétrécissement des articles, transfert des couleurs ou décoloration, détérioration des textures, effilochement ou encore froissement. « Les raisons derrière le développement d’un détergent à base de plantes -donc parfaitement écologique, pour l’entretien des vêtements sont évidentes si l’on se penche sur les impacts pour l’homme ou l’environnement de nombreux solvants en nettoyage à sec. Pour autant, force est de constater que jusqu’ici les différentes méthodes proposées en nettoyage à l’eau ne remplissent ni les conditions de protection efficace des articles traités - où quand elles le font c’est au moyen d’une pluralité de produits ainsi que d’une myriade de programmes – ni les résultats avant finition du nettoyage à sec », détaille Grégory Vandamme, le C.E.O. de Yamamoto Europe.

L’avantage principal de Harmony, c’est qu’il n’y a plus qu’un seul détergent. « Au niveau écologique, c’est indiscutablement un plus puisque le chargement des machines est optimisé par le fait qu’il n’y a plus besoin de trier les articles par matière. » 

3 questions à Grégory Vandamme, CEO – Yamamoto Europe
Qu’est-ce qui caractérise Harmony ?

Nous sommes partis des contraintes les plus fréquemment rencontrées par les utilisateurs de procédés d’aquanettoyage pour formuler Harmony. Ainsi, des ingrédients procurant chacun une protection contre le rétrécissement, le froissement, le transfert des couleurs, la décoloration ou l’effilochement et d’autres ingrédients offrant une protection des fibres ou permettant une meilleure finition ont été mélangés pour donner naissance à Harmony. Ce détergent unique est adapté à tous les types de textiles, est simple à utiliser et efficace.

 

En quoi cette approche est davantage écoresponsable ?

Harmony est un détergent écologique, totalement polyvalent et sans danger pour les vêtements, qui se veut une alternative pertinente au nettoyage à sec tout en se payant le luxe de décontaminer et de nettoyer des vêtements qui ne sont habituellement que détachés au moyen de solvants en nettoyage à sec.

Puis, si on parle d’écologie quant au détergent lui-même, son utilisation est au moins tout autant responsable de l’impact de ce dernier sur l’environnement. Outre le fait que sa conception est orientée vers une utilisation minimale de l’eau dans le procédé de lavage, l’avantage du produit unique réside aussi dans sa capacité à optimiser les chargements à chaque lavage, ce qui est d’autant plus facile qu’il n’est pas nécessaire de trier les articles en fonction de leur composition (coton, laine, cachemire, lin, soie ou même cuir).

Harmony est-il compatible avec toutes les machines ?

Le détergent Harmony a été conçu par 2M-KASEI au Japon pour fonctionner avec un modèle spécifique de laveuse essoreuse séchante produit par Yamamoto Manufacturing Co.,Ltd., fabricant nippon également. Ce modèle offre des spécificités qui permettent d’utiliser Harmony dans les meilleures conditions, et notamment en autorisant le pré-mélange de l’eau et du détergent avant l’insertion des articles à nettoyer, garantie qu’aucun vêtement ne sera endommagé.

 

Le projet controversé d’Unitech dans la Haute-Marne poursuit son cheminement, balloté entre décisions administratives et rejet par la population locale. Le groupe américain doit cependant être relativement satisfait : l’implantation de sa blanchisserie industrielle destinée à traiter les vêtements contaminés provenant d’installations nucléaires devrait finalement voir le jour. D’après un document mis en ligne vendredi 31 janvier par la préfecture, la commission d’enquête publique, émettant toutefois huit réserves, a en effet rendu un avis favorable. Il y est d’ailleurs précisé que « l’activité de blanchisserie permettra le lavage et la décontamination de linges faiblement contaminés et non contaminés issus des installations de ses clients. Le linge traité dans la laverie correspond aux tenues de couleur blanche utilisées dans les installations nucléaires. Ce sont les tenues portées par le personnel dans les zones faiblement ou non contaminées. Dans les zones à risque de contamination plus élevé, les employés de ces installations sont équipés de tenues rouges, de tenues en vinyle ou de tenues étanches ventilées, qu’Unitech Services ne prendra pas en charge et qui ne pourront donc jamais être introduites sur le site. »

La commission souligne toutefois que « la justification du choix du site de Suzannecourt au regard des deux autres en balance (pour mémoire : La Hague et la vallée du Rhône) n’apparaît pas d’une grande logique au point de vue environnemental même s’il l’est sans doute pour des raisons de distance, de proximité des clients potentiels et de facilité d’accueil, selon l’approche d’Unitech Services. »

Ce sont au total 36 heures de permanence incluant un samedi matin, qui ont été assurées par la Commission d’Enquête. Lors de ces heures permanences, la Commission d’Enquête a reçu 208 personnes, recensé 626 observations ou contributions qui ont donné lieu à 712 avis. La Commission d’Enquête a également été destinataire de 5 pétitions représentant quelque 7 100 signatures opposées au projet émanant du CEDRA (Collectif contre l’Enfouissement des Déchets Radioactifs), de l’association « Belles Forêts sur Marne », de l’association « Joinville lave plus propre » (2 pétitions) et de la commune de VECQUEVILLE.

A noter que deux de ces pétitions, celle du CEDRA et l’une des 2 pétitions de l’association « Joinville lave plus propre », qui étaient mises en ligne sur internet, ont recueilli de très nombreuses signatures provenant de personnes hors département de la Haute-Marne.

« Ce projet annoncé il y a bientôt 4 ans, a laissé place, en l’absence de communication et de précision, dès son annonce, et en cours d’instruction, à toutes les supputations, interprétations et erreurs de la part des contributeurs. Aussi dès le commencement de l’enquête et durant le temps imparti à celle-ci, ces interrogations et interprétations ne se sont visiblement pas dissipées malgré les documents (conformes à la réglementation), les réponses d’UNITECH Services, de la MRAe et de l’ARS, mis à leur disposition », souligne la commission.

Avant d’être validé, le projet doit encore obtenir, courant mars, le feu vert de la CODERST (Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques) avant la décision de la préfecture de Haute-Marne, au plus tard le 30 avril.

 

Textile. Techtera a déménagé


Publié le 5 févr. 2020 17:11:00

 

Techtera, le pôle de compétitivité de la filière textile française, a emmenagé dans de nouveaux locaux à Ecully début janvier. L’équipe accueillera les porteurs de projets d’innovation textiles dans un nouveau bâtiment moderne et adapté aux modes de travail collaboratif de près de 600 m2, au cœur de la zone d’enseignement et de recherche d’Ecully, où sont présents de nombreux acteurs de l’innovation.

Avec 300 m2 de halle technique et 295 m2 de bureaux et d’espaces de co-working, les industriels, ingénieurs, et chercheurs pourront y partager les équipements pour développer et fabriquer leurs prototypes et de petites séries de produits en mode collaboratif.

Le projet a vu le jour grâce au soutien de la Banque des Territoires pour le Bâtiment et de la Métropole de Lyon. Des ateliers de détection des besoins, des questionnaires pour définir les ambiances, sans oublier les échanges à chaque étape de validation ont permis à chacun de mettre sa pierre à l’édifice.

La nouvelle adresse : 91 Bis Chemin des Mouilles à Ecully (69). Les coordonnées téléphoniques et mails restent inchangées.

 

Vous cherchez des possibilités pour faire financer votre projet d'éco-conception ? L'appel à projets PERFECTO en fait partie ! L’ADEME soutient via cet appel à projets des travaux de recherche, développement et d’innovation (RDI) et des projets d’entreprises qui visent à faire émerger une offre de produits, biens, services et procédés à plus faible impact environnemental, grâce à la mise en œuvre d’une démarche d’écoconception et/ou à un changement de modèle économique de l’entreprise. PERFECTO permet en effet de financer d’une part des études de faisabilité pour favoriser l’intégration d’une démarche d’écoconception, d’autre part des projets d'économie de la fonctionnalité pour progresser vers un nouveau modèle économique.

L’appel à projets s’adresse aux entreprises et acteurs publics et privés de recherche, quelle que soit leur taille (TPE, PME, ETI, GE) et leur secteur d’activité.

Les aides financières apportées par l’ADEME dans le cadre de cet appel à projets seront principalement versées sous la forme de subvention. Cependant elles pourront éventuellement être mises en place sous la forme d'avances remboursables. Le choix entre subvention et avance remboursable dépendra de la nature des travaux financés, du type de bénéficiaire et de l'identification de marchés potentiels résultants de ces travaux.

Les dossiers de candidature doivent impérativement être soumis avant le 12 mars 2020, et il est fortement conseillé d’initier la démarche avant début février. Le jury de pré-sélection des projets aura lieu en juin 2020 et l’annonce publique des lauréats en septembre 2020.

(Source : ADEME)