Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Blanchisserie hospitalière : Le GIP des pays de Morlaix investit 560 000 euros


Publié le 10 juil. 2018 11:22:00

 

En 2005, les administrateurs du groupement d’intérêt public (GIP) font le pari qu’il est possible d’aller chercher de nouveaux adhérents pour leur blanchisserie interhospitalière (BIH). Le choix est fait de construire une unité plutôt que de se lancer sur une restructuration complexe. La nouvelle blanchisserie ouvre donc en septembre 2012, avec une capacité de production affichée à 8 tonnes pour une dizaine d’adhérents. « Assez vite, on a atteint 6,5 tonnes par jour… mais on a ensuite plafonné », confie Jacques Louarn, directeur financier du GIP.

De 2012 à 2016, l’encadrement ne peut que constater la difficulté à accroître la production. Un problème lié au taux d’équipements destinés à traiter le linge de résidents situé en-deçà des besoins exprimés par les adhérents mais aussi les éventuels prospects. « C’est une erreur de ne pas avoir intégré ce segment de l’entretien des textiles dès le départ. Pendant quatre ans, nous nous sommes rendus compte que la prestation était très demandée, la concurrence bien implantée, et nous n’étions pas en mesure de répondre car nous n’étions pas équipés. L’atelier aurait dû être intégré dès l’origine du projet », explique Jacques Louarn.

Un investissement et un pari sur l’avenir
En 2017, proposition est faite aux administrateurs de développer l’activité de traitement du linge des résidents. Validé, le projet permet une restructuration des locaux et la révision complète des équipements dédiés. 560 000€ sont investis, dont 353 000€ pour le matériel. L’atelier a quant à lui gagné 100 m2. De quoi gagner en productivité, en efficacité mais aussi en qualité. « Pour commencer, nous avons basculé sur un système de traçabilité avec puce RFID (Thermotex) sur l’ensemble du linge des résidents, avec tous les avantages que l’on connaît à recourir à cette technologie. Puis nous avons opté pour des laveuses Electrolux  de petite capacité (2x25 kg) et des séchoirs de cette même marque. Cela permet de mieux traiter les articles textiles et de préserver les fibres. C’est appréciable vu le profil des propriétaires du linge ! Pour optimiser le pliage, nous avons installé un robot Kannegiesser encore peu implanté sur le territoire national. Nous sommes passés de 100 à 300 pièces pliées par heure, puisqu’auparavant l’opération était réalisée manuellement. »

Ainsi équipée, la blanchisserie, « qui a bénéficié de l’accompagnement d’un responsable technique exceptionnel dans la conduite de l’atelier »
, a désormais quasi atteint la capacité des 8 tonnes par jour. Cela lui ouvre de nouvelles perspectives sur la cible des Ehpad, et Jacques Louarn planche déjà sur l’avenir. Il envisage d’ailleurs bien volontiers la création d’une nouvelle blanchisserie dédiée au nursing…

Retrouvez l’entretien avec Jacques Louarn dans notre numéro de septembre !

 

Partager l'article