Espace abonné
Mon panier
 

Toute l'actualités de l'entretien pro des textiles : blanchisseries, pressings

 

Produits lessiviels

Garnier-Thiebaut lance sa lessive 100% biodégradable


Publié le 18 avr. 2018 14:15:00

 

Le tisseur vosgien s’est associé à Salveco pour concrétiser un projet inscrit dans une démarche vertueuse initiée il y a six ans. En lançant sa lessive 100% biodégradable, la marque associe directement les consommateurs à ses engagements en matière de protection de l’environnement.

Un projet d’envergure
Il y a six ans,  les équipes de Garnier-Thiebaut se sont penchées sur l’empreinte environnementale de la filière textile et plus spécifiquement de leur propre production de linge de maison. Au cours d’une étude de plusieurs mois menée avec l’Institut Français du Textile et de l’Habillement (IFTH)  dans le cadre de la démarche d’écoconception, tous les aspects environnementaux du cycle ont été précisément examinés : en partant des matières premières (de l’utilisation de l’eau et des pesticides pour le coton à l’utilisation de matières premières fossiles à base de pétrole comme le polyester) en passant par les différents cycles de production et de transport, jusqu’aux lavages puis au recyclage des produits lorsqu’ils sont en fin de vie.

Ce travail important a poussé Garnier-Thiebaut à réfléchir à l’impact de sa production et de son organisation. Il a ainsi permis à l’entreprise vosgienne d’obtenir la norme ISO14001 et une note « excellente » au classement RSE effectué par l’organisme indépendant BIOM. Lors de cette étude, les équipes ont également découvert l’impact considérable des lessives sur l’environnement. Et pour cause, si 25 % de l’impact environnemental repose sur l’amont de la filière, 75 % de cet impact est directement dû aux lessives. Garnier-Thiebaut découvrait les méfaits de l’eutrophisation de l’eau…

Une lessive sans impact
C’est pour y remédier que Paul de Montclos, à la tête de l’entreprise, a pris contact avec le docteur Stefan Auberger, P-DG de Salveco, pour lui parler de son idée. Le cahier des charges était simple : proposer une lessive 100 % végétale 100% biodégradable qui lave aussi bien qu’une lessive traditionnelle et qui donne envie de s’engager dans la démarche vertueuse de l’environnement. Si techniquement cela semblait facile, le problème de l’odeur de propre qui contribue à donner l’envie aux consommateurs fut compliqué à solutionner car il était hors de question de mettre un parfum de synthèse dans cette lessive… Mais le pari est gagné : la lessive Green Soft vient de voir le jour, et elle a de sérieux arguments à faire valoir ! Destinée à tous, sa commercialisation sera réservée aux boutiques Garnier-Thiebaut pour commencer (à partir du 20 avril) au prix de 13,90 euros pour 23 lavages.

 

Blanchisserie hospitalière

Le COBH met le cap sur ses 25 ans


Publié le 18 avr. 2018 14:10:50

 

Impact des GHT, gestion des TMS et banalisation des tenues des soignants étaient les sujets au cœur du dernier COBH, qui s’est tenu à Saint-Nazaire le 10 avril. Pour cette 23e édition, quelque 110 participants avaient répondu à l’invitation du Comité Ouest de la Blanchisserie Hospitalière. C’est dans une ambiance conviviale que se sont déroulées les conférences, suivies d’une visite de la blanchisserie nazairienne. Michel Simon, le président du comité, a chaleureusement remercié « l’ensemble des professionnels et des fournisseurs venus partager savoir-faire et connaissances » pour ce temps d’échange régional désormais incontournable.

Les GHT en question
Commençant par en rappeler les principes, Stéphane Frémont (PSSL) et Stéphane Fié (CH Saumur) ont proposé leurs retours d’expérience au sujet des GHT, thématique qui cristallise encore les inquiétudes de nombre de blanchisseurs hospitaliers ou issus de d’établissements médico-sociaux. Car au-delà de la remise en question des schémas traditionnels, la réforme engagée par Marisol Touraine génère de nouvelles problématiques et impacte les relations entre directions hospitalières et services, mais aussi les relations avec les fournisseurs. Sans parler des appels d’offres et de la possibilité pour l’établissement support de candidater, ni du critère qualité élevé de certains EHPAD qui confient de fait leurs marchés au secteur privé faute pour le public d’être en capacité de répondre… Autant de questions soulevées qui engagent à la réflexion. « Le GHT, c’est obligatoire : il est essentiel de s’en saisir et d’être proactif pour ne pas laisser s’échapper les opportunités que cela représente, ni laisser les directions prendre la main sur le service blanchisserie. A nous de montrer que cela fonctionne, chiffres à l’appui », souligne Michel Simon.
Le prochain COBH aura lieu à Montgeron (49). Pour sa 25e édition, dans deux ans, le comité a annoncé préparer « une très grosse surprise ». Une nouvelle accueillie avec le sourire et qui a piqué la curiosité de tous les participants !

 

Pressing

Un slogan qui fait le buzz


Publié le 18 avr. 2018 14:07:00

 

Thierry Strauss, exploitant alsacien de cinq pressings strasbourgeois, a pris l’habitude depuis quelques années de mener des campagnes publicitaires percutantes où il laisse s’exprimer ses traits d’humour bien connus dans la Profession. Une façon de suivre les conseils de son père, pharmacien, qui lui assurait « qu’en bien ou en mal, il faut qu'on parle de ton commerce. » Alors, la comm’, Thierry Strauss en a un peu fait son dada.

Lancée en 2016, sa publicité où il indique sur les voitures de sa société « Nous ne sommes pas au Panama mais nous blanchissons aussi ! » était récemment remontée jusqu’à l’ambassade du pays en question suite à des remontrances de la part de ressortissants panaméens, pour le moins froissés, qui avaient découvert le slogan sur les réseaux sociaux.

Mis en demeure par l’ambassade dans un courrier daté du 7 mars, le gérant a été surpris par le ton péremptoire de la lettre, dans laquelle on l'accuse de « porter gravement et directement atteinte, sans équivoque, aux droits, à l'image, à l'honneur et à la considération de l'état du Panama ». « J’avais reçu un appel courtois de l’ambassadeur du Panama sur mon répondeur quelques jours plus tôt. Je ne m’attendais pas à recevoir un courrier de ce type », confie Thierry Strauss. L’ambassadeur du Panama y exigeait le retrait immédiat de ce slogan, référence directe à la réputation de « paradis fiscal » de ce pays. Finalement invité par ce dernier à un déjeuner à l’ambassade mercredi dernier pour échanger sur le sujet –et reçu avec le sourire, Thierry Strauss a pu expliquer qu’il n’y avait pas de malice dans cette publicité.

S’il a ainsi pu bénéficier d’un véritable buzz, l’Alsacien a toutefois décidé de modifier le visuel et le slogan, qui devrait devenir « Nous ne sommes pas dans les îles, mais nous blanchissons ici aussi. » Thierry Strauss s’est aussi vu offrir une bouteille de rhum de sept ans d’âge pour le remercier de sa compréhension.

Après un ultime poisson d'avril sur sa page Facebook, où il faisait croire à son arrestation « suite au scandale publicitaire », Thierry Strauss a donc décidé de tourner la page sud-américaine. Il réfléchit déjà à sa prochaine campagne. « Je pense que cela sera autour de la Russie et de la coupe du monde de football. Mais moins provoc’. J’aimerais bien goûter à la vodka de Poutine ! », plaisante-t-il.  

 

Workwear

Hohenstein habilité à délivrer les nouvelles certifications EPI


Publié le 18 avr. 2018 14:05:51

 

Le groupe Hohenstein  vient d’être habilité à délivrer les nouvelles certifications EPI pour les vêtements de protection, en conformité avec la législation EPI (PPE 2016/425) qui prendra effet le 21 avril 2018. Ce règlement vient en remplacement de l’ancienne directive CEE 89/686 qui sera abrogée. Dans ce nouveau cadre, les fabricants pourront présenter eux-mêmes une déclaration de conformité CE, pour les EPI de catégorie 1 (risques minimes). En revanche, tous les articles EPI de catégorie 2 (risques intermédiaires) et 3 (risques graves et mortels), doivent obligatoirement être soumis à un « examen CE de type » sera effectué par un organisme notifié. C’est le cas, par exemple, des vêtements haute-visibilité, ceux contre le froid ou résistants à la chaleur et à la flamme.  Hohenstein est désormais en mesure d’effectuer les tests et certifications nécessaires à la fabrication et à la vente des vêtements EPI dans l’espace économique européen.

Basé à Bönnigheim en Allemagne, le groupe Hohenstein est un institut de test indépendant, spécialisé dans le textile, présent dans plus de quarante pays grâce à son réseau. En tant qu'organisme accrédité et notifié, il offre aux fabricants, aux loueurs et autres intervenants de la chaîne textile, un large éventail de services de tests et de certifications pour leurs produits. Plus de dix mille entreprises dans le monde entier font appel à ses services.

 

Facturation

Dématérialisation : les TPE sont aussi concernées !


Publié le 18 avr. 2018 14:05:04

 

Si vous comptez parmi vos clients des collectivités locales, des ministères ou des hôpitaux, vous êtes progressivement tenus de passer à la facturation électronique. Actuellement, seules les entreprises qui comptent plus de 5 000 salariés sont concernées. Mais à partir du 1er janvier prochain, l'obligation va être étendue aux entreprises de taille intermédiaire (250 à 5 000 salariés), puis à celles de 10 à 250 salariés à partir du 1er janvier 2019, et enfin à celles de moins de 10 salariés à partir du 1er janvier 2020. Les TPE sont donc aussi concernées !

Vous pouvez opter d’ores et déjà pour ce type de facturation, même si vous n'êtes pas encore visés par l'obligation. A cet effet, l'administration met à disposition un site Internet, ainsi que le portail "Chorus Pro" permettant de dématérialiser facilement, gratuitement et de façon sécurisée vos factures.