Espace abonné
Mon panier
 

Toute l'actualités de l'entretien pro des textiles : blanchisseries, pressings

 

Distribution. Adelya rachète Prestelys


Publié le 6 mai 2019 17:12:26

 

On ne l’arrête plus ! Après le rachat de Romera, le groupe Adelya annonce avoir acquis la société Prestelys basée en Moselle (57). Une opération qui va lui permettre de poursuivre sa croissance externe et sa politique de maillage territorial.
Prestelys est une petite société implantée sur le marché Grand Est depuis plus de dix ans. Elle réalise 1 M€ de CA en fourniture de matériel exclusivement, emploie cinq salariés dont trois techniciens spécialisés en matériels de blanchisserie. Créée par Luc Plichet en 2010, Prestelys a d’abord concentré son activité sur le marché des pressings, puis depuis 2014, s’est bien développée dans le segment des collectivités (hôpitaux, lycées professionnels, maisons de retraite, etc.). « La société Prestelys nous a séduite par son professionnalisme et sa présence sur un secteur où notre positionnement est faible : la Lorraine. En effet, nous avions envie d’y « planter un drapeau » Adelya. Que ce soit notre agence Alsapro, très ancrée en Alsace historiquement, ou CPN un peu loin de ses bases (Dijon ou Paris), sans parler de romera quasi inexistante dans l’est de la France, aucune base logistique ni point d’ancrage n’existait pour Adelya sur cette région. C’est maintenant chose faite ! Luc Plichet nous a fait confiance et a apprécié notre vision de l’avenir du marché, mais aussi celle du projet Adelya Textile Care », déclare Philippe Scemama, président du groupe Adelya.

Luc Plichet, ancien gérant de sa société, s’occupera du développement d’Adelya Grand Est sur la partie matériel et produits dédiés à l’entretien du linge. Les équipes Prestelys se verront dotées de nouveaux outils, de nouvelles gammes, de nouvelles marques qui leur permettront de se développer encore plus vite sur cette région riche et à fort potentiel. « Luc Plichet nous a confirmé qu’il souhaitait s’adosser au groupe Adelya car il sentait aussi la limite des capacités de développement de son entreprise en qualité de TPE », souligne Philippe Scemama. « Pour développer des marchés, pour peser face à des grands clients et face aux constructeurs, pour continuer d’être innovant et compétitif, il fallait que j’adosse mon entreprise à un groupe structuré tel qu’Adelya. Ce projet m’a tout de suite plu car j’ai compris que je pouvais développer ma région grâce à ce groupe connu et reconnu comme une entreprise solide et performante, notamment en collectivités, et stable et pérenne par son ADN familial. Le projet Adelya Textile Care prend aussi tout son sens avec le rapprochement de CPN, Romera et Prestelys », indique Luc Plichet.

Avec ce nouveau rachat, Adelya Textile Care réalisera 15 M€ sur le marché du matériel et des produits pour l’entretien des textiles.

 

JET Expo réunira du 19 au 21 mai prochain l’ensemble des acteurs de l’entretien textile à Paris Expo, Porte de Versailles (Hall 7.1). Cette 8e édition rassemble une soixantaine d’exposants autour des principaux métiers de cette industrie : pressings, laveries, blanchisseries, location-entretien d’articles textiles, services à la demande, centres hospitaliers, établissements médico-sociaux, hôtellerie-restauration, conciergeries et collectivités.

Ce salon professionnel s’ouvre dans un contexte de profonde mutation. La montée des préoccupations environnementales, la prise en compte des nouvelles attentes des consommateurs et l’émergence de nouveaux services nés de la digitalisation de l’économie font apparaître de nouveaux modèles d’entreprises. Qu’il s'agisse des enjeux RSE, des nouvelles plateformes de service digitalisées – et des réponses que peuvent y apporter les spécialistes de l’entretien textile – ou encore du déploiement dans le secteur industriel des blanchisseries 4.0 à forte intensité technologique, ces thèmes stratégiques s’annoncent comme les grands marqueurs de JET Expo 2019.

Entretien textile : le défi environnemental

Ce thème transversal traduit une attente forte de l’opinion et concentre l’attention de l’ensemble des acteurs du secteur. La plupart des fabricants européens de solvants et produits lessiviels comme Kreussler, Christeyns, Seitz ou Ecolab – tous présents au salon

– développent des gammes de détergents verts pour le nettoyage à l’eau, et des solvants alternatifs au perchloroéthylène pour le nettoyage à sec. Conçus dans le cadre d’une démarche globale, ces produits plus concentrés limitent les emballages et réduisent la charge logistique. Leur formulation, qui autorise des températures de lavage moins élevées, permet aux blanchisseries d’engager des approches sobres en déchets et moins gourmandes en énergie et en eau.

Service : vers un pressing « sur-mesure »

Le phénomène d’ubérisation, qui touche de nombreux segments de l’économie, n’épargne pas l’univers du pressing, orienté par nature vers le service. Le développement de plateformes digitales d’intermédiation permet aujourd’hui de répondre aux nouvelles attentes des clients : collecte et ramassage du linge, dématérialisation du ticket de suivi et du paiement, développement d’offres « packagées » en fonction de la taille du foyer... Les multiples applications digitales apparues sur le marché de l’entretien du linge constituent vraisemblablement une formidable opportunité pour les pressings français. L’un des objectifs de JET Expo est justement de leur permettre de trouver des réponses adaptées face à l’émergence de ces nouveaux acteurs.

Blanchisserie 4.0 : les nouvelles technologies appliquées au linge

Les nouvelles technologies, déjà très présentes dans l’univers de la blanchisserie, continuent de bouleverser les modèles d’entreprises. L’intelligence artificielle touche à de nombreuses fonctions dans l’industrie : conduite des lignes de traitement du linge, gestion des stocks de linge via la RFID, ou encore organisation des ressources humaines. L’interconnexion des différents matériels de production permet de coordonner l’ensemble de la chaîne et d’en améliorer les performances. Comme dans d’autres secteurs industriels, la data acquiert ici une véritable dimension stratégique. Là encore, le salon devait apporter des réponses aux professionnels qui s’interrogent sur les enjeux liés à ces technologies.

Des conférences et un espace bistrot pour échanger sur ces thèmes

Le salon JET Expo proposera de nombreuses conférences sur ces thèmes à l’occasion du Texcare Forum les 20 et 21 mai, autour d’un programme élaboré spécifiquement : entretien des textiles de demain ; état des lieux de la filière pressing, challenges existants, perspectives d'avenir ; blanchisserie 4.0 : l'optimisation par l'automatisation et la digitalisation ; digitalisation des pressings et les services à la demande ; les nouveaux solvants et produits lessiviels...

Le Texcare forum France, c’est le lundi 20 mai, toute une après-midi d’échanges pour les pressings, et le mardi 21 mai, un cycle de conférences toute la matinée pour les blanchisseries ! Ce dispositif sera complété par la mise à disposition d’un espace très ouvert sous la forme d’un bistrot... Une façon bien française de renforcer les liens entre exposants et visiteurs, à la manière d’une tribune permanente favorisant les échanges et les rendez-vous d’affaires ! Une Agora combinera enfin des conférences le dimanche, et durant les trois jours du salon, de courtes présentations des produits et services représentés par la soixantaine d’exposants qui constituent l’offre JET Expo.

 

Face au développement du commerce équitable et des produits biologiques, à la défense des circuits courts et aux comportements responsables, les acheteurs accordent de plus en plus d’importance aux indicateurs sociaux et environnementaux dans leurs achats.Depuis quelques années déjà, Bergan, fabricant incontournable de linge destiné aux acteurs de l’hôtellerie et de la restauration haut de gamme, s’est engagée dans une démarche RSE – Responsabilité Sociétale des Entreprises, qui se concrétise par son adhésion au programme de « BIOM Attitude » visant à mesurer et valoriser sa contribution au territoire.

« Depuis ma reprise de l’activité Bergan en 2010, je me suis attaché à défendre le savoir-faire textile français et les compétences locales associées. C’était une évidence de conserver les ateliers dans le Nord de la France et nous avons même agrandi nos locaux depuis le début de l’année. Défendre les savoir-faire locaux, faire appel au réseau de sous-traitants et partenaires régionaux, privilégier l’emploi et les ressources en France témoignent de notre engagement RSE. Mais le révéler et le faire-savoir est autre chose. Avec la démarche BIOM Attitude, nous pouvons désormais expliquer et démontrer, avec indicateurs à l’appui, notre engagement auprès des acteurs du territoire », explique Dominique de Checchi, à la tête de Bergan. « Nous avons la conviction que le Made in France, c’est produire localement mais aussi de façon responsable : favoriser la proximité, travailler avec un réseau de partenaires textiles locaux, encourager les initiatives économiques locales et de développement durable, sont autant d’exemples de notre engagement. La démarche BIOM nous permet de témoigner et expliquer notre politique d’achat locale et responsable, notre implication sociale et nos efforts envers l’environnement. Une phase d’audit sociétal et comptable réalisée par l’agence indépendante BIOM Attitude en septembre 2018, a permis d’analyser les bonnes pratiques de Bergan en matière de responsabilité sociale, de responsabilité économique, et environnementale et de dégager notre indicateur « % BIOM ». Nous sommes fiers d’annoncer, que notre performance économique à soutenir l’emploi et les services publics en France s’élève à 58%. Ce qui signifie que 58% de notre dépense est redistribuée sur le territoire. »

Dans le détail, en termes de retombées économiques, dans ces 58%, 49% du chiffre d’affaires est distribué localement et 66% en France. 100% des emplois sont situés sur le territoire régional. En termes environnementaux, on note que 35% des fournisseurs de Bergan sont locaux (région), et 74% sont en France. Une belle performance, à saluer donc.

 

Après des années de coopération intense, Kunshan Chuandao Washing Machinery Co., Ltd (CLM en Chine) et Texfinity  (Belgique) annoncent leur partenariat officiel dans le développement, la fabrication et la vente de systèmes complets de lavage industriel, de lignes de repassage, de systèmes logistiques et de contrôle. Les deux entités ont en effet finalisé une joint-venture qui permettra aux clients du monde entier de bénéficier de la combinaison de leur expérience et connaissance du secteur. L’aspect multilingues sera un atout de poids pour CLM-Texfinity. Les machines sont fabriquées en Chine dans un complexe moderne de 50 000 m2 répondant aux normes les plus strictes en matière de production, de personnel et de gestion de la qualité, conformément aux normes ISO9001. Le site y emploie 400 personnes. « Ces cinq années de partenariat avec Texfinity nous ont permis de professionnaliser notre offre en matière de matériels et services pour la blanchisserie, explique Luke Jinghua, le propriétaire de CLM. Nous construisons toujours selon les normes européennes pour offrir le meilleur service à nos clients. Grâce à la coopération d’Erwin et son équipe, nous estimons que seule une marque de qualité et haut de gamme peut gagner la confiance du client et de ses marchés. Maintenant, CLM est la marque leader des lignes de repassage, et nous espérons que nous ferons mieux avec Texfinity sur les marchés internationaux et que notre partenariat continuera à se renforcer. » Un dernier point dont ne doute pas Erwin Vanspauwen, le P-dg de Texfinity : « Depuis le début de la coopération avec Luke et son équipe, le respect et la confiance mutuels ont conduit à une coopération plus étroite d'année en année, aboutissant enfin à ce formidable partenariat que nous souhaitons tous encore développer. La combinaison de la capacité de fabrication efficace, de haute qualité et rentable de CLM, de sa force sur le marché chinois ainsi que de la connaissance et de l'expérience de Texfinity sur le secteur de la blanchisserie en Occident permet aux clients d'obtenir des produits de pointe à des tarifs abordables. Nous sommes impatients de continuer à renforcer ce partenariat avec nos amis de CLM. »

 

Location-entretien. Elis démarre 2019 sans un pli


Publié le 6 mai 2019 17:04:23

 

Le leader du marché de la location-entretien (lien 1) vient de publier son chiffre d’affaires du premier trimestre 2019, confirmant ainsi ses perspectives pour cette année après que son chiffre d'affaires a progressé de 4,3% au premier trimestre, qui a bénéficié à hauteur de 2,6% des acquisitions, principalement celles finalisées en Allemagne et en Espagne en 2018 et en 2019. « Avec une croissance organique de son chiffre d’affaires de +2,4% au premier trimestre, Elis commence l’année sur une bonne dynamique dans la plupart de ses géographies, souligne Xavier Martiré, le président du directoire d’Elis. En Europe du Sud, la croissance organique est de +7%, tirée par les hausses de prix négociées en Espagne dans un contexte de forte augmentation du coût de la main d’œuvre. En Scandinavie et Europe de l’Est, en France et en Amérique latine, les tendances sont également très satisfaisantes. La zone Royaume-Uni et Irlande ralentit en raison d’une croissance organique moins forte en Irlande. Au Royaume-Uni, nous continuons la mise en place des hausses de prix en hôtellerie-restauration et nos efforts portés sur la relation client permettent de poursuivre l’amélioration du niveau de rétention en vêtement professionnel. En Allemagne, le segment du vêtement professionnel reste bien orienté et nous continuons nos efforts pour augmenter les prix sur le marché de la santé. Par ailleurs, Elis poursuit la densification de son réseau dans ses géographies existantes avec des petites acquisitions en Suède, au Danemark, en Espagne et plus récemment en Russie. Ces acquisitions n’ont pratiquement aucun impact sur le levier d’endettement compte tenu de leur petite taille et des multiples raisonnables payés. Au premier trimestre, Elis a également refinancé une partie de sa dette : l’émission obligataire de 800 millions d’euros à 3%, échéance 2022, a été refinancée par une nouvelle émission obligataire de 500 millions d’euros à 1,75%, échéance 2024 et par un financement de type USPP de 300 millions d’euros à 2,70%, échéance 2029, permettant ainsi d’abaisser le coût moyen de la dette et d’étendre les maturités. L’accueil très positif réservé à ces émissions démontre la confiance des investisseurs dans la stratégie et le modèle économique du groupe. »