Espace abonné
Mon panier
 

Toute l'actualités de l'entretien pro des textiles : blanchisseries, pressings

 

Pressing. 5àsec en redressement judiciaire


Publié le 12 mai 2020 10:34:25

 

Par jugement du 28 avril 2020, le Tribunal de commerce de Paris a ouvert une procédure de redressement judiciaire au profit de 5àsec, le leader mondial du pressing. La période d’observation court sur six mois, soit jusqu’au 28 octobre 2020. La nouvelle n’a pas tardé à faire le tour du secteur, déjà grandement fragilisé par les effets liés à la crise sanitaire en cours, aussi Entretien Textile a proposé au groupe de s’exprimer sur la situation : « Alors que l’entreprise recueillait les premiers résultats de son plan de relance, l’irruption de la crise a conduit ses actionnaires et prêteurs à suspendre le projet d’investissement qui était sur le point d’être mis en œuvre, le temps de réévaluer la situation, indique-t-il. Parallèlement, la fermeture au 16 mars de l’ensemble de nos magasins a généré un manque à gagner de plusieurs millions d’euros sur 2020. Cette procédure va donner du temps à l’entreprise pour mettre à jour, avec ses actionnaires et ses prêteurs, le plan de financement qui était censé se mettre en place avant la crise. »

Le groupe n’exclut donc pas une issue qui serait malgré tout heureuse en dépit du contexte. « L’enjeu pour 5àsec aujourd’hui est de réussir la reprise d’activité, la réouverture des magasins en propre et de tous les franchisés en toute sécurité à partir du 11 mai et de poursuivre le plan de relance. Celui-ci est construit autour d’initiatives stratégiques portant à la fois sur la rénovation du parc magasins, la création d’une offre multicanale, l’accélération du développement de la franchise et le renforcement du BtoB. Sans oublier le retour aux fondamentaux de 5àsec (une offre simple et lisible, la qualité au meilleur prix, des délais courts, une grande efficacité), centrés sur la satisfaction des clients. »

Le groupe conclut sur une note optimiste : « L'ensemble des équipes techniques, marketing, formation, opérationnelles et RH sont mobilisées pour apporter le support aux magasins. Le nettoyage et la propreté sont devenus des enjeux majeurs et 5àsec, en tant que leader mondial du pressing, sera au rendez-vous pour répondre pleinement à ces attentes. »  

 

Textile et EPI. Cepovett se mobilise


Publié le 12 mai 2020 10:32:12

 

En cette période de crise sanitaire mondiale, les mots sécurité au travail trouvent tout leur sens. Conscients de son rôle pivot en qualité d’expert dans les équipements de protection et d’acteur majeur du marché de la prévention de l’homme au travail, Cepovett mobilise sa capacité industrielle et technologique pour fournir des masques normés en tissu à usage non sanitaire de catégorie 1 et 2. « Les équipes de Cepovett Group font preuve chaque jour d’un engagement exceptionnel autour d’un même objectif : protéger notre chaîne de fabrication et d’approvisionnement afin de pouvoir continuer à proposer nos équipements et nos services, mais aussi optimiser notre capacité opérationnelle, et même, dans ce contexte si particulier, réorienter notre production pour fabriquer des masques normés à usage non sanitaire de catégorie 1 et 2. Notre priorité absolue est d’assurer la sécurité de nos salariés, mais notre responsabilité, en tant qu’acteur majeur du marché de la prévention de l’homme au travail, est aussi d’équiper tous les travailleurs qui continuent à faire fonctionner les secteurs vitaux du pays. À commencer par les professionnels de santé, qui sont en première ligne, expliquent Nicolas Sandjian et Gaël Vanneuville, actionnaires du groupe Cepovett. Face à la forte demande d’équipements pour le personnel hospitalier, Cepovett Group répond présent grâce à son outil industriel et à sa marque Lafont, très présente sur le marché de la santé. Il est de notre devoir de participer à l’effort national car la sécurité et la santé de chacun sont gravés dans notre ADN depuis 176 ans. »

L’entreprise a donc développé et certifié, en collaboration avec l’Institut français du textile-habillement (IFTH) et la Direction générale de l’armement (DGA), et en coordination avec la Facim (base technologique industrielle pour les équipements de défense et sécurité), des masques textiles barrières à usage non sanitaire (masques C-AIR1 et C-AIR2). « Les masques C-AIR1 sont destinés aux professionnels en contact avec le public ; les masques C-AIR2 sont destinés aux personnes dans le milieu professionnel ayant des contacts occasionnels avec d’autres personnes, précise le groupe. En outre, notre marque Lafont, spécialiste du vêtement de travail depuis 1844, est aussi mobilisée dans la mise à disposition d’équipements du type surblouses de protection (référence 8ARECA), blouses, tuniques, chasubles, pantalons, pour le personnel travaillant en service hospitalier, particulièrement exposé au coronavirus. La capacité logistique, le service livraison et le site e-commerce sont parfaitement opérationnels pour garantir un service de qualité dans les meilleures conditions de sécurité possibles. »

 

Un nouveau marché se fait jour pour les professionnels de l’entretien des textiles : celui des masques en tissu. C’est justement afin de répondre à cette nouvelle préoccupation des entreprises (comment laver les masques en tissu fournis aux salariés et leur garantir un nettoyage sûr et performant ?), que Georges, la blanchisserie industrielle spécialisée dans la décontamination, l’entretien et la gestion logistique des vêtements professionnels et des EPI, a mis au point une solution sur mesure et traçable de collecte et d’entretien des masques textiles réutilisables. L'entreprise girondine de 70 salariés va ainsi déployer cette innovation née de la crise sanitaire sur l'ensemble de ses six sites français. 

Comme nombre de ses confrères, en tant que blanchisserie industrielle, Georges est un maillon essentiel de la chaîne de protection sanitaire. « L’hygiène étant l’une des premières parades face au virus, pendant le confinement, Georges n’a jamais cessé de collecter et de laver quotidiennement les vêtements professionnels, uniformes et EPI de ses clients professionnels. Pendant cette crise, plusieurs d’entre eux, qui connaissent notre expertise en décontamination, nous ont sollicités, explique Karine Da Silva, la présidente de Georges. Leurs préoccupations nous ont amenés à répondre à beaucoup de questions sur nos protocoles d’entretien, de décontamination et de traçabilité des vêtements. Ces demandes correspondaient toutes à une nouvelle préoccupation des entreprises dans un monde déconfiné : comment entretenir les masques en tissu fournis aux salariés et leur garantir sécurité et traçabilité ? Nous avons tout de suite compris qu’il y avait là un nouvel enjeu et qu’il fallait s’adapter pour proposer un service qui réponde à cette demande forte. Avant que les décisions politiques n’interviennent, j’ai fait le pari que le port du masque serait obligatoire. »

Dès les premiers jours de confinement, une solution sur mesure de collecte et d’entretien des masques textiles réutilisables était ainsi envisagée. Présentée aux clients, cette prestation était validée par la majorité d’entre eux. Georges propose donc désormais un nouveau service dédié. Le principe :équiper les entreprises d’un collecteur spécifique réservé exclusivement aux masques textiles usagés que Georges prendra en charge afin d’en assurer l’entretien et d’en livrer des propres emballés sous film. Chaque masque dispose d’un système de traçabilité QR Code. Une technologie qui permettra d’identifier nominativement les porteurs et d’assurer une parfaite traçabilité de tous les lavages effectués via l’extranet de la blanchisserie. Les porteurs peuvent en outre suivre l’entretien et la livraison de leurs masques via l’application myGeorges. Enfin, pour aller au bout de la démarche, Georges propose la collecte gratuite des masques textiles en fin de vie afin que leurs fabricants puissent les récupérer pour les recycler. « Cette traçabilité complète par QR code a nécessité d’adapter notre système à la taille, la forme et la nature des tissus qui composent les masques », précise Karine Da Silva.

Cette nouvelle solution est en cours de déploiement sur l’ensemble des sites de l’entreprise qui se dit prête à traiter des dizaines de milliers de masques. A cet effet, les salariés vont être formés à une manutention et une logistique qui réclament un nombre d’opérations plus important.

 

Il y a quelques mois, Inforum lançait un concept de Store Locator dédié au marché de l’entretien textile. Pour faire face à la crise sanitaire du Covid-19 et préparer « l’après », le DryCleaner Locator se dote aujourd’hui d’une nouvelle fonction pour les pressings et blanchisseries : le click & collect.

Avec cette nouvelle fonction, les professionnels vont pouvoir développer le principe de collecte du linge à domicile, une tendance qui devrait s’accentuer au regard de la crise sanitaire. L’outil, accessible à tous, simple et gratuit, est mis à disposition de la profession sur le site www.drycleanerlocator.com. Une belle contribution d’Inforum dans cette période difficile qui permettra aux professionnels de l’entretien des textiles de conserver, entretenir et créer du lien avec leurs clients. « Beaucoup de pressings reprennent peu à peu leur activité et cela passe souvent par un service de ramassage et livraison à domicile. Inforum a donc souhaité leur apporter une aide concrète et gratuite avec cette nouveauté conçue comme un outil de crise accessible à toute la filière de l’entretien des textiles », explique Elsa Kopp, la responsable marketing. « Pour y accéder, vous devez vous rendre sur le site www.drycleanerlocator.com et activer la page internet de votre pressing (gratuite et personnalisable). Vous pourrez ensuite transmettre le lien de votre page à vos clients, et c’est directement depuis cette page qu’ils pourront faire une demande de collecte en ligne.

Suite à la commande du client, un mail est directement envoyé au pressing avec toutes les informations nécessaires pour le traitement de la demande client. »

Le petit plus pour les utilisateurs GestiClean ? « Un QR code est généré et peut être scanné directement dans le logiciel afin de récupérer toutes les informations liées à la commande. »

Rappelons que ce site internet a pour vocation de rassembler toute la profession : pressings, blanchisseries, fournisseurs, partenaires... en un seul et même lieu. Inforum propose un premier accès complètement gratuit permettant d'inscrire son établissement sur la carte et de lui consacrer une page internet individuelle pour présenter son point de vente. L’objectif est de créer une communauté pour mutualiser les forces et souligner l'importance du métier auprès du grand public.


 

Co CLAP, vous connaissez ? Ce nouveau service simplifie les démarches administratives des TPE pour les aider à rebondir vite et bien face à la crise. Report de charge, chômage partiel, arrêts maladies, fonds de solidarité régional, prêts garantis par l'Etat... pour éviter les licenciements massifs et les défaillances d'entreprise, l'Etat a mis en place de nombreux dispositifs destinés à soutenir les TPE confrontées à des difficultés économiques inédites. Mais pour les pressings et dirigeants de petites structures, il n'est pas toujours simple de s'y retrouver ! Pourtant, il ne faut surtout pas se tromper de formulaire, cocher la mauvaise case ou oublier une information, sous peine de se voir refuser l'aide tant attendue. Une situation qui se révèle alors catastrophique pour les très petites entreprises, qui voient déjà leur trésorerie s'effondrer et qui ont un besoin urgent de soutien concret.

C'est dans ce contexte difficile que Co CLAP lance un dispositif d'accompagnement spécialement dédié aux TPE, afin de les aider à effectuer simplement et facilement toutes leurs démarches administratives. Un service à distance très facile à mettre en place, ultra-rapide et accessible à tous, pour rebondir vite et bien, sans avoir à se prendre la tête avec toute la paperasse liée au covid-19. « Nous assistons toutes les petites entreprises ayant jusqu’à 5 ou 6 salariés pour les aider à passer au mieux ce cap difficile. Nous prenons la main à distance pour gérer la saisie et la préparation des documents, à un coût modique : 27€ HT par ticket d’intervention, expliqueAudray Moquereau, la fondatrice. Le concept est très simple : il suffit de contacter Co CLAP via son tchat pour recevoir un formulaire à compléter et être ensuite mis en relation avec l’équipe qui aura préparé toutes les informations nécessaires. »

Pour en savoir plus : https://co-clap.com