Espace abonné
Mon panier
 

Toute l'actualités de l'entretien pro des textiles : blanchisseries, pressings

 

Linvosges Hôtellerie décline son offre en mode location

Le fabricant lance Linvosges Location, une solution exclusive pour permettre aux hôteliers et aux restaurateurs de renouveler leur décoration et leurs literies tout en protégeant leur trésorerie.

Après un an de travail pour imaginer et tester une offre unique de location d’accessoires de décoration et de literie, la crise sanitaire a perturbé le lancement officiel de Linvosges Location, prévu au début du printemps. Aujourd’hui, ce service exclusif offre de nouvelles perspectives aux entrepreneurs en leur permettant de rénover entièrement leurs chambres et leurs salles sans toucher à leur trésorerie. Une bouffée d’oxygène qui pourrait s’avérer salvatrice ces prochains mois. « La qualité et la fraîcheur de la décoration jouent un rôle central dans l’attractivité d’un établissement. En permettant aux professionnels de renouveler leurs ambiances tous les 3 ans sans investissement lourd, nous sommes à leurs côtés pour les aider à rebondir dès la sortie de crise », confirme Sébastien Courteille, directeur de Linvosges Hôtellerie.

Le concept : rénover une chambre pour 1€ par jour et effacer l’investissement

Pourquoi acheter quand on peut louer ? Depuis plusieurs années, l’idée fait son chemin : de nombreuses entreprises préfèrent renouveler leur flotte automobile ou s’équiper en matériel informatique en préservant leur trésorerie grâce aux solutions de leasing. Aucune solution de ce type n’existait jusqu’alors pour répondre aux besoins des métiers de l’hôtellerie et de la restauration. Afin d’y remédier, l’équipe de Linvosges Hôtellerie a passé un an à mettre en place une offre exclusive qui permette aux hôteliers et aux restaurateurs de renouveler régulièrement leurs rideaux, voilages, nappages, linge de lit, éponges, couettes et oreillers en préservant leurs liquidités. En augmentant le prix de la chambre ou du repas de quelques centimes, l’investissement peut être totalement amorti sans avance de trésorerie. Linvosges Hôtellerie se positionne ainsi comme un partenaire financier privilégié des établissements hôteliers en leur permettant en prime de fidéliser les clients et d’en attirer de nouveaux, le rafraîchissement régulier de la décoration d’un établissement permettant de rester attractif. Cerise sur le gâteau, en parallèle de l’offre de financement, Linvosges Hôtellerie a conçu son service de location comme une solution durable, écologique et responsable : à l’issue des trois années de location, le linge de lit et les tissus éponges sont donnés à une association qui les transforme en chiffons pour l’industrie. Les articles de décoration (rideaux, voilages, têtes de lit) sont quant à eux donnés à Emmaüs, qui les restaure et leur offre une seconde vie. Une occasion de s’engager dans une démarche d’économie circulaire durable.

Exemple pour la rénovation d’un hôtel de 20 chambres

Exemple pour la rénovation d’une salle de restaurant de 44 places

Renouvellement des rideaux occultants, des voilages, des tringles, des cache-sommiers, des écharpes de lits, des coussins et des têtes de lits tous les 3 ans : 1 euro par jour et par chambre.

Renouvellement tous les 3 ans de 24 nappes 140/180 cm, 20 nappes 140/140 cm et 200 serviettes 37/37 cm en 100% coton finition coins onglet et coupé droit fil : 10 centimes par jour et par convive.

 

Pressing. L’ozone en question


Publié le 10 juin 2020 11:33:43

 

Nombre de pressings se laissent séduire par ce matériel, et certains possesseurs l’ont même prêté aux Ehpad durant la crise. Mais que penser de l’action virucide sur les textiles revendiquée par les box/cabines fonctionnant à l’ozone ? La question fait toujours débat, et les fabricants concernés ne disposent pas aujourd’hui d’un sésame (norme NF 14476 ou certification) qui permettent de vérifier l’allégation. Certains concèdent même qu’en effet, « d’une façon générale, on ne peut affirmer que les cabines d’ozonisation dont sont équipés les pressings garantissent la désinfection et encore moins un effet virucide – un virus ne se comportant pas comme une bactérie. L’ozone, est un oxydant très puissant (trioxygène). Mais il s’agit d’un gaz. Pour qu’il désinfecte en profondeur des textiles, d’épaisseurs diverses, il faudrait disposer d’un flux d’ozone adapté, à une pression suffisante, pour pénétrer le textile et obtenir l’effet escompté. » Or, les machines incriminées ne fonctionnent pas avec un flux d'ozone : ce ne sont pas des générateurs.

Contactés sur ce sujet, les centres de recherches français et européens ne sont pas en mesure d’apporter une réponse puisqu’ils n’ont jamais été démarchés pour effectuer des tests. Si l’action désodorisante et bactéricide semblent ne pas rencontrer de détracteurs (les propriétés de l’ozone en la matière semblent avérées), il n’en va pas de même concernant l’effet virucide estampillé sur certains produits. Interpellée sur le sujet, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) confirme que dans l’état actuel des connaissances, il n’y a aucune validation scientifique du traitement à l’ozone pour éliminer le COVID-19, et par extension aucune reconnaissance réglementaire en la matière. Les entreprises françaises qui fournissent ce type de produit ont été contactées et se sont engagées à supprimer les allégations virucides, notamment envers le COVID-19, lorsqu’une mention de la sorte était présente.

 

Location-entretien. Central Laundry passe chez Elis


Publié le 10 juin 2020 11:32:46

 

Malgré le contexte, le leader multi-services international, qui fournit des solutions de location-entretien d'articles textiles, d'hygiène et de bien-être, poursuit sa stratégie de consolidation de ses marchés clés avec la finalisation de l’acquisition de Central Laundry au Royaume-Uni. Cette société opère dans la région de Birmingham. L’activité est dédiée à la location-entretien de linge plat pour des clients issus du secteur de la santé. Central Laundry a réalisé en 2019 un chiffre d’affaires d’environ 4m£. Cette acquisition, dont le processus était entamé depuis plusieurs mois, permet à Elis de renforcer sa position parmi les acteurs leaders sur le marché de la santé au Royaume-Uni. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé.

 

Durant la période de confinement et de distanciation sociale inédite liée au Covid-19, Electrolux Professional a mis en place une nouvelle fonctionnalité de réalité augmentée pour que ses équipes techniques restent en mesure de fournir une assistance à distance à leurs clients. Le principe du système est simple : les techniciens des sites distants partagent leurs écrans de smartphones ou de tablettes avec les techniciens Electrolux Professional. Une interaction s’opère grâce à la réalité augmentée et permet au support technique du fabricant de fournir facilement un guidage et un support à distance tout en ayant le smartphone à la main. La technologie de réalité augmentée permet d’atteindre et de pointer virtuellement l’environnement, d’enseigner à distance et de montrer comment effectuer la maintenance ou la réparation des composants.

Cette technologie innovante a été développée par la société XMReality, avec la contribution des équipes techniques d’Electrolux Professional, afin de personnaliser les fonctionnalités et d’améliorer la facilité d'utilisation de l’application. « Nous commençons à étendre l’utilisation de cette solution en Europe. Etant donné la situation actuelle où les techniciens ne peuvent pas forcément visiter physiquement les sites, nous avons intensifié la formation des utilisateurs et nous allons doubler le nombre de licences au cours des prochains mois pour servir nos clients », indique Magnus Sävenäs, vice-président du groupe, service Client et Qualité.

Jusqu'à présent, l'outil a été utilisé avec succès pour fournir des services aux blanchisseries les plus éloignées du nord de la Suède. La technologie a également été utilisée dans les prisons du Royaume-Uni, où les autorisations pour des visites techniques auraient exigé du temps et de la planification. « Les équipes techniques Electrolux Professional France sont déjà équipées de cette application. Nos tests sont concluants et nous pouvons dès aujourd’hui accompagner nos partenaires dans des dépannages urgents comme par exemple dans les cuisines centrales ou les blanchisseries du secteur de la santé », explique Mathias Bonneville, directeur technique France. « Ce système nous permet de fournir une réponse plus instantanée et un service plus efficace et plus rentable au client. C’est un changement radical dans notre façon d’accompagner les clients en leur proposant une offre réellement innovante et tournée vers l’avenir », commente Magnus Sävenäs.

 

Depuis le 19 mai, les TPE et PME qui rencontrent des difficultés dans la poursuite ou la reprise de leur activité peuvent, grâce au dispositif « Objectif reprise », bénéficier de conseils et d’appui gratuits sur les questions de prévention, de ressources humaines, d’organisation du travail ou de management.

« Objectif reprise » propose notamment : 

- un questionnaire pour aider l’entreprise à mieux évaluer ses points forts et marges de progrès dans le cadre de la reprise ou de la continuité de l’activité.

- différentes formes de conseil et d’orientation : en ligne, via des webconférences, des modalités individuelles ou inter-entreprises.

- un accompagnement des partenaires sociaux par des experts des conditions de travail pour les entreprises ayant plus particulièrement besoin d’être soutenues.

« Objectif reprise » est déployé en région par le réseau Anact-Aract en lien avec les Direccte.

Plus d’infos : www.anact.fr/objectifreprise