Espace abonné
Mon panier
 

Toute l'actualités de l'entretien pro des textiles : blanchisseries, pressings

 

Location-entretien. Mountville Mills acquiert Bartex


Publié le 13 févr. 2019 20:11:00

 

Ça bouge du côté des fournisseurs du secteur de la location-entretien des textiles ! Mountville Mills, leader mondial dans la fabrication de tapis de sol commerciaux, a en effet acquis Bartex NV, autre leader dans la fabrication de tapis anti-poussières pour les entreprises de services textiles en Europe. Ce rachat devrait contribuer à créer de nouvelles synergies chez ces deux fabricants. « Bartex est l'un des pionniers de notre industrie et possède une riche histoire dans l’innovation avec des produits d'excellente qualité, déclare David Hart, PDG de Mountville Mills. Nous sommes honorés d'avoir l'opportunité de poursuivre la tradition Bartex, et nos clients bénéficieront énormément du support marketing combiné, de la gamme de produits élargie et de l'efficacité de production. »  
« Cet accord est idéal pour les clients et les employés de Bartex », affirme quant à lui Philippe Barbieux, fondateur de Bartex NV. « Notre partenariat avec Mountville nous donne l'opportunité de commencer une nouvelle ère dans l'histoire de notre entreprise, tout en conservant le caractère unique de nos produits et de notre marque », ajoute Luc Van den Berge, directeur général de Bartex.
Fondée en 1963, Mountville Mills est une entreprise familiale et le plus grand producteur de tapis de caoutchouc au monde.  Elle possède trois usines de fabrication de tapis et deux usines de fabrication de caoutchouc en Géorgie, aux États-Unis. Mountville possède également des usines de fabrication à Renaix, en Belgique, et à Caerphilly, au Royaume-Uni.
Bartex a été fondée en 1982 par Philippe Barbieux. L’entreprise a développé la première machine d'impression pour tapis personnalisés et est devenue l'un des leaders sur le marché de la fabrication de tapis anti-poussière en Europe. Elle se spécialise dans les produits de haute qualité et personnalisés conçus pour l'industrie des services textiles.  

 

En juillet dernier, Electrolux Professionnel lançait un concours auprès de tous ses distributeurs/concessionnaires afin de récompenser les trois plus belles laveries réalisées sur l’année 2018. Une quinzaine d’entre eux a concouru. Le jury, composé de professionnels du secteur dont notre magazine Entretien Textile, a enfin rendu son verdict : le premier prix va à la laverie O'Lavoir à Salon de Provence (réalisation Lux Laverie). La laverie Washouse à Toulouse (réalisation Washouse) remporte le deuxième prix, tandis que la laverie Votre Lavoir Lux à Tours (réalisation ESBC) gagne le troisième prix. « Les gagnants sont récompensés par différents lots, mais aussi et surtout par une communication dédiée pour mettre en avant leurs réalisations, clients et entreprises. Les clients finaux, propriétaires de laveries lauréates, recevront également une récompense », indique Maxime Toubin, responsable des ventes et au pilotage du concours.

 

Alors qu’Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat à l’Economie, et Olivier Dussopt, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics, reçoivent mercredi 13 février les représentants des artisans et des commerçants impactés par les manifestations des « gilets jaunes », Bernard Stalter, président de CMA France, alerte sur la situation de nombreux artisans au bord de l’asphyxie : « Les artisans sont dans le rouge après 13 semaines de gilets jaunes ! » Perte d’activité, baisse du chiffre d’affaires, difficultés de trésorerie… Si des réponses rapides et concrètes ne sont pas apportées, le risque est grand de voir se multiplier les faillites, cessations d’activité et liquidations judiciaires. Les pressings notamment disent avoir souffert des effets des manifestations, comme nous l’avait d’ailleurs confirmé il y a quelques temps Pierre Letourneur, le vice-président de la FFPB, certains magasins affichant jusqu’à -30% de chiffre d’affaires.
Alors que les Français sont 90 % à considérer que les artisans, commerçants et restaurateurs dynamisent et animent les territoires, Bernard Stalter tire la sonnette d’alarme. « Les artisans et les commerçants sont les victimes collatérales des manifestations et des blocages. Ils payent le prix fort alors que nombre d’entre eux ont un pouvoir d’achat à peine égal voire inférieur au SMIC », souligne le président de CMA France. « Manifester est un droit mais je condamne fermement toute forme de violence. Il faut également préserver la liberté de travailler et d’entreprendre. Vitrines cassées, vitrines fracturées, centre-villes désertés... Aujourd’hui, pour les artisans, il y a deux urgences. Il faut que cesse ces manifestations qui paralysent le pays. Il faut permettre aux artisans de relancer leur activité le plus rapidement possible ».
Si Bernard Stalter salue les mesures de soutien mises en place par le gouvernement, il souligne également l’importance « qu’elles soient prolongées et amplifiées en 2019 car un mouvement, dont on pensait qu’il serait ponctuel, s’ancre dans la durée et pose de nouvelles difficultés aux entreprises artisanales ».  
Le réseau des chambres de métiers et de l’artisanat est également mobilisé dans l’accompagnement des entreprises artisanales sur le terrain. Certaines, qui ont subi des dégradations importantes, ont bénéficié d’un « fonds de calamité et des catastrophes naturelles ». Ce fonds est alimenté par une contribution des chambres de métiers et de l’artisanat sur la base du nombre d’entreprises de leur ressort et leur permet de verser directement aux artisans, une aide débloquée par CMA France. « Cette solidarité et cet accompagnement sont une spécificité du réseau des chambres de métiers et de l’artisanat », conclut Bernard Stalter.

 

Fonction linge. Paredes lance son Défi 2022


Publié le 13 févr. 2019 19:55:05

 

François Thuilleur, directeur général du groupe Paredes, a présenté fin janvier un plan ambitieux de croissance, Défi 2022, pour les quatre prochaines années.
Le plan baptisé « Défi 2022 » et présenté il y a quelques jours à Lyon par François Thuilleur, le directeur général du groupe Paredes, veut inscrire cette entreprise historique du monde l'hygiène et de la propreté dans une dynamique de croissance soutenue et de multi-spécialisation. L’occasion de rappeler que Paredes intervient en effet dans la fonction linge du secteur Santé en distribuant une gamme dédiée à l’hygiène du linge mais aussi en conseillant ses clients sur les meilleurs process à adopter dans les blanchisseries hospitalières intégrées. « Depuis mon arrivée en octobre 2017 nous avons mis en place des groupes de travail qui ont permis à 80% des collaborateurs de plancher sur le développement et la stratégie de l'entreprise. Le plan Défi 2022 que nous avons co-construit s'articule autour de plusieurs axes liés à l'excellence du service client, notamment au travers de la logistique, mais également à notre expertise nationale sur la santé, les EP ou encore l'industrie. Sans oublier la croissance externe, européenne, sur laquelle nous comptons également nous appuyer dans un second temps », détaille François Thuilleur.
Pour faire évoluer le groupe d'une distribution « multi-produits et multi-clients » vers une « multi-spécialisation », Paredes a entrepris une réorganisation de ses équipes et de ses forces de vente dans une logique d 'expertise nationale. Deux directeurs commerciaux se focaliseront sur les segments à plus fort potentiel : François Brochet pour les EP et l'industrie, Franck Le Flem pour la santé et les collectivités.

95% de commandes complètes
Pour compléter ce nouveau dispositif, François Thuilleur souhaite appliquer ces bonnes pratiques dans le secteur de l'hygiène et des produits. « Un des principaux écueils de notre métier est le « reste à livrer ». C'est pour cette raison que nous allons disposer dès ce début d'année d'un entrepôt central de 15 000 m2 à Saint-Quentin Fallavier qui sera adossé à un nouveau site de transformation de la ouate sur 5 000 m2. Nous pourrons ainsi disposer de toutes les références et éviter les ruptures en garantissant un taux de 95% de livraisons complètes chez nos clients à J+3, grâce aux navettes quotidiennes qui seront assurées vers nos entrepôts régionaux. »

1/3 des bénéfices pour les salariés
Ce plan de développement qui s'appuie également sur la généralisation de la digitalisation, doit assurer une croissance du chiffre d'affaires deux fois supérieure à celle du marché de l'hygiène qui oscille entre 1% et 1,5% par an. Pour accompagner cette croissance, Paredes va également se focaliser sur un développement en Europe et des acquisitions, dès 2021. « Ce plan ambitieux suppose l'adhésion et l'engagement des équipes. Nous avons intégré cette démarche dans la construction du plan et allons la continuer dans sa mise en œuvre », insiste François Thuilleur, signataire en janvier d'une tribune dans le quotidien les Echos partageant sa vision d'une entreprise semi-libérée abandonnant une trop grande « verticalité » préjudiciable au développement.
Au-delà de la nouvelle organisation mise en place, le groupe va renforcer le volet formation en créant « Paredes Université », mais aussi et surtout associer l'ensemble des collaborateurs à la croissance et aux résultats économiques de l'entreprise. Un intéressement à hauteur de 1/3 des bénéfices sera ainsi reversé chaque année à l'ensemble des 650 salariés.

 

Pressing. Une plainte suite à une pollution aquatique


Publié le 29 janv. 2019 16:06:29

 

L’association bretonne Eaux et rivières déplore la pollution d’un ruisseau à proximité du lac Ty Colo ayant entraîné l’empoisonnement d’une centaine de poissons, jeudi 24 janvier, à Saint-Renan (Finistère), près de Brest. Elle a d’ores et déjà annoncé qu’elle dépose une plainte à la gendarmerie. Ses soupçons se portent sur le pressing avoisinant. « C’est un bien triste spectacle auquel nous avons assisté, indique l’association dans un communiqué. Une enquête a été confiée à la gendarmerie de Ploudalmézeau et permettra de faire la lumière sur ce qui s’est passé. Il apparaît déjà plus que vraisemblable qu’une dizaine de litres de produit de nettoyage acide ait été déversé dans les égouts par le pressing du centre commercial des Rives du lac. Ce produit s’est vite retrouvé dans les eaux du lac, empoisonnant les poissons ».

Selon les premières constatations menées sur place, les éléments toxiques restent circonscrits au ruisseau. « Ces produits toxiques doivent impérativement être collectés et traités. Et non, tous les égouts ne mènent pas à des stations d’épuration ! Les eaux pluviales retournent bien dans les cours d’eau », rappelle l’association écologiste qui milite pour « que les zones commerciales entament une démarche de réflexion sur les négligences et accidents liés à la proximité avec les milieux naturels ».

Rien n’indique évidemment qu’il s’agisse d’un acte intentionnel. L’enquête est en cours et les résultats d'analyse de l'eau devraient être connus prochainement.