Espace abonné
Mon panier
 

Toute l'actualités de l'entretien pro des textiles : blanchisseries, pressings

 

La Blanchisserie Inter-Hospitalière de Seine-et-Marne (BIH 77) participait en octobre aux Global Best Practices Awards 2018 organisés par le Cinet à l’occasion du salon italien EXPOdetergo. Et alors que la blanchisserie hospitalière se hissait déjà à la onzième place en 2016 sur ce même concours mis en place sur le salon Texcare, elle grimpe aujourd’hui quelques marches pour décrocher la septième place sur les vingt blanchisseries en compétition. Sa note, affichée à 39 points, ne la place pas si loin du podium occupé par Fornet Nantong Factory (Chine - 44,5 points), Elis (Pays-Bas - 41,9) et Cotton Way (Russie - 41,7 points). Un résultat exceptionnel pour la BIH77, créée à l’initiative des centres hospitaliers afin de réunir leur fonction, permettant de réduire les coûts de gestion et une uniformisation des pratiques. Cette septième vient récompenser son excellence en matière de pratiques professionnelles, à la fois sur l’hygiène, les conditions de travail (formation, postes de travail adaptés, équipements) et la prise en compte du développement durable (recyclage du textile et du papier/carton via des associations, économie d’énergie, réduction de la pollution).

A ce jour, la structure lave plus de 23 tonnes de linge (patients et soignants) par jour.

 

Blanchisserie hospitalière. Le guide RABC réactualisé


Publié le 19 nov. 2018 16:34:40

 

Plus étoffé, plus pédagogique et plus pratique que dans sa précédente version : c’est en substance la ligne directrice du guide RABC fraîchement réactualisé par l’Union des Responsables de Blanchisseries Hospitalières (URBH), en écho à la révision de la norme européenne qui porte la méthode Risk Analysis Bio contamination Control, dite RABC. « Depuis la parution de la première version du guide en 2011, de nombreux changements sont intervenues dans le monde de la blanchisserie hospitalière », soulignent dans la préface le docteur Philippe Carenco (médecin hygiéniste au CH de Hyères) et Frédéric Pagerey (directeur général du CTTN), tous deux contributeurs à cette nouvelle édition. En effet, le phénomène de regroupement opéré dans le secteur public a eu pour effets collatéral un relèvement du niveau d’exigence tant dans les performances en termes de productivité que dans la qualité de service et de sécurité pour le patient.

Pour répondre à ces enjeux, le guide livre à la fois des clés de compréhension et d’action en prennent en compte la diversité des situations et des besoins observés en France, depuis la blanchisserie de maison de retraite jusqu’à la blanchisserie centrale d’un groupement hospitalier de territoire.

Pour mémo, l’URBH est désormais organisme certificateur et donc habilité à délivrer la norme NF EN 14065-2016, tant pour les blanchisseries du secteur public que celles du secteur privé. L’association, qui se dote d’un site internet à cet effet, compte pour l’instant dans ses rangs 14 auditeurs, tous formés par l’AFNOR.

 

Pressing. Se former avec l’Atelier de Lisette


Publié le 19 nov. 2018 16:33:04

 

Véritable école de formation aux métiers du pressing, l’Atelier de Lisette propose douze modules allant du repassage au management d’un point de vente, en passant par le détachage et la sécurité.

L’organisme de formation, qui a récemment bénéficié de 25 000 euros d’investissements, semble rencontrer un écho favorable auprès des formateurs et des exploitants de pressings soucieux de ne pas s’isoler et de pouvoir accéder à une offre de formation construite pour tous les professionnels par des formateurs aguerris. « Les méthodes et procédures sont constamment actualisées en fonction des innovations, des changements de matériel, du logiciel point de vente, des nouveaux services proposés à la vente… L’objectif avec l’Atelier de Lisette n’est pas d’enfermer l’artisan dans notre modèle mais de mettre à sa disposition notre savoir-faire historique et nos valeurs. La démarche ambitionne sincèrement de faire progresser l’ensemble de la Profession », souligne Sylvain Dizerens, à la tête de Kunz Pressing et à l’initiative du projet. Philanthrope ? « Écoute, plaisir de transmettre, savoir-faire et innovation sont les piliers de nos formations. Une approche telle que celle revendiquée par l’Atelier de Lisette offre des gages en termes de qualité. De fait, elle peut se vendre et se transmettre », concède le dirigeant, qui part du principe que « donner, c’est recevoir » et que « la formation peut évidemment être un vecteur de recrutement de nouveaux adhérents ». « Au-delà de la formation initiale de chaque licencié Kunz Pressing et de la montée en compétences de leurs équipes, l’Atelier de Lisette est ouvert à tous les professionnels du métier », insiste Sylvain Dizerens, qui est aussi l’arrière-arrière-petit-fils de… Lisette, la mère du fondateur de l’enseigne Kunz Pressing.

L’organisme de formation agréé, situé au cœur de La Roche-sur-Foron, dispense des formations allant de quatre jours à un mois en fonction des missions de chacun. Les formations se déroulent dans les locaux de l’Atelier de Lisette, mais les formateurs(-trices) peuvent aussi intervenir chez vous en fonction de vos demandes et besoins.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’Atelier de Lisette.

 

Elis, le groupe leader des solutions de location-entretien d'articles textile vient de publier ses résultats du troisième trimestre. Ils viennent s’établir à 810 millions d’euros, soit une progression de 38,7% comparé à la même période en 2017, ce qui porte le cumul des neuf premiers mois d’activité à 2 344,5 millions d’euros (+63,9%). En France, malgré un effet de calendrier que le groupe estime négatif, la croissance organique est de 1,8%. « L’hôtellerie, le commerce et les services restent dynamiques. L’industrie est bien orientée mais les soins de santé ont légèrement diminué en raison de l’impact tardif de non-renouvellement de quelques contrats fin 2017 », indique Elis. Le chiffre d'affaires du dernier trimestre 2018 devrait quant à lui s’afficher en hausse de 2,5%, soutenu par un taux de croissance similaire au périmètre historique d'Elis.

L’occasion de rappeler que le prestataire multi-services international reste fidèle à sa stratégie de croissance externe. En juillet, Elis avait d’ailleurs racheté Kings Laundry Ltd. en Irlande. La finalisation de la transaction étant soumise aux conditions réglementaires classiques, celle-ci devrait avoir lieu à la fin de l’année 2018.

Kings Laundry dispose de deux usines à Cork et à Dublin spécialisées en linge plat. Le groupe a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 30 millions d’euros. Cette acquisition, qui complète le réseau existant d’Elis, sera génératrice de synergies et élargira le portefeuille clients du groupe. « L’acquisition de Kings Laundry constitue une étape supplémentaire dans notre développement en Irlande. La qualité des actifs, associée à l’expérience du management, aideront à la bonne intégration de l’entreprise, puisqu’en effet le fondateur de Kings Laundry deviendra le CEO du pays », note Xavier Martiré, président du directoire d’Elis.

 

Workwear. La SNCF renouvelle sa confiance à Cepovett


Publié le 19 nov. 2018 16:29:50

 

« Au terme d’un appel d’offre européen très exigeant, nous avons choisi de confier la fabrication et la gestion des vestiaires, principal et secondaire, à Cepovett, entreprise française et partenaire historique, explique le service achat de la SNCF. Nos critères étaient très élevés. Ils intégraient la qualité de la confection maîtrisée avec des textiles produits en France, mais aussi une gestion logistique comprenant la capacité de décatir les articles du vestiaire principal et de les marquer nominativement pour des livraisons individuelles sécurisées ».

Le leader français du vêtement professionnel,qui habille les cheminots depuis 2013 en équipement de protection individuelle, a donc repensé le vestiaire global en profondeur et créé une collection complète pour les femmes, dans le cadre de cet appel d’offre européen. En trois ans, Cepovett fournira 2 millions de pièces, dont 1 million concernant le vestiaire EPI. Ces lignes de produits ont été conçues par Cepovett safety, la marque spécialisée de l’EPI au sein du groupe Cepovett. Ce marché est source d’une fierté bien légitime, comme le confirme Gaël Vanneuville, directeur général de Cepovett : « C’est une grande fierté que la SNCF attribue à notre équipe non seulement le renouvellement du marché du vestiaire principal, mais y ajoute la gestion du vestiaire secondaire, c’est une grande marque de confiance. » 

 Une première en France…

Pour la première fois en France, une entreprise de niveau national crée un vestiaire industriel technique EPI spécifiquement dédié à son personnel féminin. En pointe dans la prise en compte des femmes au travail, la SNCF est désormais en mesure d’offrir à ses équipières le même niveau de gammes et articles que celui adressé aux hommes. Pour l’entreprise publique, ces nouvelles tenues sont le gage d’une meilleure intégration et d’une valorisation du personnel féminin, en tant que « cheminotte », mais aussi la garantie de plus d’ergonomie et de confort. Outre la collection principale, le vestiaire secondaire bénéficie lui aussi d’articles spécifiquement féminins allant des sous-vêtements thermiques jusqu’aux différentes parkas en passant par les doudounes, polaires et autres softshells qui viennent compléter la gamme cohérente la plus vaste du marché national. « Nous sommes repartis d’une page blanche », explique Daniele Lacchini, responsable Grands Comptes chez Cepovett. Il ne s’agissait pas de réadapter l’existant mais de créer une nouvelle collection repensée dans son ensemble tant du point de vue des formes, que des matières, des coloris d’ensemble, et de l’ergonomie qui prévoit des coupes adaptées à la morphologie féminine ».

 Trois gammes

Le groupe projet composé d’experts de Cepovett Safety et de la SNCF, a défini trois gammes M1, M2 et M5, à même d’offrir les meilleures garanties de sécurité, aussi bien pour la simple gestion des charges électrostatiques que pour la protection à l’arc électrique, sans oublier la haute visibilité et les autres risques liés à la flamme. Le confort est aussi une priorité.

L’ensemble des pantalons se voient dotés de poches genouillères, et pour les modèles hiver, de protections lombaires. Côté entretien, la totalité des tenues EPI est prévue pour supporter les conditions du lavage professionnel nécessaire à garantir la pérennité des articles, en conformité avec les réglementations européennes et le droit.