Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Blanchisserie hospitalière. Les GIP, oubliés du Ségur ?


Publié le 17 nov. 2020 21:11:19

 

Exclus du Ségur de la santé, les agents de blanchisserie relevant d’un GIP (groupement d’intérêt public) réclament légitimement les revalorisations salariales, au même titre que leurs confrères de la fonction publique hospitalière exerçant la même activité mais en GCS (groupements de coopération sanitaire), qui eux bénéficient de mesures du dispositif. Une différence subtile dans le décret paru qui les place dans une situation plutôt improbable.

Les mêmes métiers, mais pas les mêmes structures

Les accords prévoient 7,6 milliards d’euros par an pour la revalorisation de l’ensemble des métiers non-médicaux sur le territoire. Les agents de blanchisserie sont donc bel et bien dans ce cas. Mais parce qu’ils font partie d’un GIP, ils n’y ont pas droit ! Une incohérence qui sème le trouble et accroît les frustrations : 183 € nets de revalorisation de salaire, ce n’est pas rien, surtout sur des petits salaires comme ceux-là.

Alors que les agents de blanchisserie hospitalière, figures de l’ombre certes mais indispensables maillons d’une chaîne assurant l’hygiène, ont répondu présents face à la crise sanitaire dès son début, qu’ils n’ont pas ménagé leurs efforts pour absorber les flux textiles et garantir leur absolue désinfection, qu’ils maintiennent ces mêmes efforts face à la deuxième vague, le bilan est amer. Des mouvements de grève apparaissent qui pourraient prendre de l’ampleur si le ministère de la Santé ne répare pas cet « oubli ». Restons confiants, Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, affirme lui-même « {qu’}à l’heure où les professionnels de nos établissements de santé et de nos EHPAD font de nouveau face à une vague épidémique, nous n’aurons pas la main qui tremble pour que se traduise cette reconnaissance que nous leurs devons. » CQFD. En attendant la Fédération hospitalière de France rappelle que les négociations nationales ne sont pas terminées, et qu’elle se bat au national pour que l’ensemble des agents bénéficient de cette augmentation.



 

Partager l'article