Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Laverie libre-service. GLF s’exporte avec succès


Publié le 9 avr. 2019 17:35:00

 

Le Groupement des Laveries Françaises (GLF) n’en finit plus d’étendre son savoir-faire à l’international ! La société créée en 1990 repousse sans cesse les frontières pour répondre aux besoins des marchés étrangers. Forte de quelque 320 implantations à ce jour, elle a notamment ouvert la première laverie libre-service en Afrique subsaharienne, à Pointe-Noire, ville de plus d’un million d’habitants et capitale économique de la République du Congo. Cette laverie très moderne baptisée Dza-Dza (rapide en congolais) est devenue la « référence high-tech » de ce quartier très populaire. Mais loin de s’arrêter en si bon chemin, GLF a aussi accompagné la création d’une seconde laverie libre-service, à Kinshasa cette fois. Une véritable petite révolution culturelle dans ce pays en devenir, où la gestion de l’énergie, des déchets et de l’eau compte parmi les principaux enjeux. « Il s’agit des seules laveries « professionnelles » à ma connaissance », souligne Patrice Bonnefoux, à la tête de GLF. Pour cet expert, les difficultés sont nombreuses qui justifient le développement faible de ce type de structures : « Financement, transport, douanes, taxes, et évidemment problèmes techniques liés à l’acheminement de l’eau et de l’électricité. Notre client de Kinshasa a investi 100 000 euros pour mener à bien son projet. Il l’a implanté dans un quartier commerçant et s’est assuré d’une couverture médiatique nationale pendant trois mois. Sa démarche est bien perçue car elle apporte de la nouveauté, un service de qualité et une technologie éprouvée mondialement. Là-bas, 80% des gens ne sont pas équipés pour laver leur linge. Il a fait le choix de pratiquer les mêmes tarifs que ceux constatés en France, et utilise la lessive Easypro, un produit français donc. »
Une autre façon de dire que sur le marché africain, qui s’ouvre de plus en plus, compétences, matériels et produits de qualité sont avant tout recherchés – et GLF a su saisir l’opportunité !



 

Partager l'article