Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Location-entretien. Elis fortement impactée par la crise sanitaire


Publié le 15 avr. 2020 15:33:00

 

La propagation de l’épidémie de Covid-19 en Europe et les différentes mesures de confinement imposées, impactent de manière croissante l’activité d’Elis dans la plupart de pays où le groupe de services textiles est présent. « En France et en Espagne, l’activité de nos clients hôteliers est quasiment à l’arrêt. Par ailleurs, l’annonce par les gouvernements de ces pays de la fermeture des commerces dits « non-essentiels », tels que les restaurants et les cafés, implique des baisses de volumes supplémentaires. Dans tous les autres pays européens, les volumes sont également en net repli sur le segment de l’hôtellerie-restauration, notamment au Royaume-Uni et en Allemagne », indique le loueur de linge dans un communiqué. « Notre activité Industrie se montre pour le moment plus résiliente et nous enregistrons une bonne activité avec nos clients de l’industrie pharmaceutique et de l’agro-alimentaire. Néanmoins, nous notons un nombre croissant de fermetures d’usines de clients dans d’autres sous-secteurs. En santé, l’activité est quant à elle soutenue. » A noter qu’au Brésil, l’activité ne pâtit d’aucun impact, et la forte proportion de clients dans le secteur de la Santé devrait contribuer à ce que l’année 2020 se déroule normalement.

Aucune usine du groupe n’a fait l’objet de fermeture administrative et Elis peut normalement continuer son activité dans tous les pays où il est implanté. « Dans cet environnement incertain, le groupe jouit d’une très bonne liquidité et n’a par ailleurs aucune échéance de dette significative avant 2023. Elis dispose de deux lignes de crédit renouvelable confirmées, entièrement non tirées à ce jour, pour un montant total de 900 millions d’euros. »

Le leader du marché concède toutefois que ce contexte de crise sanitaire sans précédent aura des répercussions sur les résultats financiers du 1er semestre 2020 et les objectifs annuels 2020 indiqués le 4 mars dernier, qui seront revus et communiqués dès que la situation permettra une visibilité suffisante.

En attendant, Elis a immédiatement pris des mesures drastiques afin de préserver ses marges et sa génération de trésorerie :

  • La fermeture temporaire d’une trentaine d’usines, dont 16 en France et 10 en Espagne, la plupart du temps en transférant des volumes entre usines d’une même région afin d’optimiser les capacités de production et de limiter les coûts ;
  • L’ajustement des effectifs dans toutes les usines du groupe impactées par une baisse d’activité de nos clients ;
  • La mise au chômage partiel de plus de 80% des employés des sièges, en France et dans tous les pays européens, dans le cadre des différentes mesures d’aide aux entreprises annoncées par les gouvernements des pays, notamment en France et en Espagne ;
  • La revue du plan d’investissements industriels prévu en 2020 avec la suspension de tous les projets ne revêtant pas un caractère d’urgence, ainsi qu’une baisse très conséquente des investissements en linge pour l’année.

Fort de ces mesures, et même s’il est prématuré de donner de nouveaux objectifs précis pour l’année 2020, le groupe est convaincu de pouvoir limiter l’impact sur l’EBITDA et de réduire son niveau d’investissements. Pour chaque euro de chiffre d’affaires perdu, l’EBITDA sera impacté d’environ 50 centimes, et 20 centimes devraient être économisés sur les investissements.

« Pendant toute la durée de cette crise sanitaire et financière, Elis continuera de placer au centre de ses préoccupations ses collaborateurs, avec la volonté d’assurer leur santé ; ses clients, avec la volonté de continuer de leur fournir un service fiable et de qualité ; ses investisseurs, avec la volonté de maintenir une communication régulière et transparente. »

Le 7 avril, le spécialiste de la location-entretien annonçait d’ailleurs, dans le cadre de l'épidémie de Covid-19, avoir décidé de renoncer à la distribution d'un dividende au titre de ses résultats 2019 et suspendre temporairement ses acquisitions. 

 

Partager l'article