Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Location-entretien. Initial investit fortement sur son site de Chambéry


Publié le 19 juin 2019 09:34:00

 

Dans le giron du groupe Initial depuis 1996, le site de Chambéry semble avoir enclenché une mue pour moderniser son outil de production. Il faut dire qu’avec ses 2 000 clients répartis sur la Savoie, la Haute-Savoie, l’Ain et l’Isère, et quelque 9 000 vêtements traités chaque jour, les investissements font sens. La blanchisserie a donc décidé d’installer un nouveau convoyeur du fabricant OCA avec un système de tri par client et au porteur pour un coût total de 550 000 euros (HT). « C’est un choix de raison, explique le directeur du site Antoine Graveleau, puisque notre système primaire est du même fabricant, ce qui facilite les questions de compatibilité. Sans être à la pointe de la technologie, ce qui représente un autre coût, il remplit tous les critères attendus. »

Opérationnel depuis le 15 avril, il devrait permettre de réduire les coûts de production pour gagner en compétitivité sur un marché que l’on sait fortement concurrentiel mais où demeurent de belles opportunités. Le groupe prévoirait d’ailleurs d’investir plus de deux millions d’euros sur le site chambérien en deux ans, à la fois pour augmenter son tonnage et améliorer le confort de travail des opérateurs. D’après Antoine Graveleau, entre 70 000 et 100 000 euros seront investis pour refaire l’automatisme du tunnel de lavage Lavatec . « Le système est ancien, l’automatisme obsolète. Cette mise à jour occasionnera de surcroît un gain sur la qualité et sur les consommations en eau et énergie. » Par ailleurs, 500 000 euros seront injectés l’an prochain dans le contrôle d’entrée du linge. « Le projet est en cours d’élaboration, mais le système sera revu dans son intégralité », souligne le directeur d’Initial Chambéry, qui a également profité du renouvellement de son contrat flotte pour une mise à neuf intégrale de l’ensemble de son parc de véhicules, soit 18 camions (des 5,2 tonnes et un semi-remorque). Avec, là encore à la clé, de belles économies en termes de consommation, une réduction de l’impact environnemental et un confort supplémentaire pour les opérateurs en charge des livraisons. 

 

Partager l'article