Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Location-entretien. L’entretien des EPI : une étape peu considérée


Publié le 20 mai 2019 10:44:27

 

Le GEIST, syndicat professionnel des acteurs de la location d’articles textiles, a sollicité Junior ESSEC afin de mener une enquête 360° en France, qualitative et quantitative, auprès de plus de 200 responsables, donneurs d’ordre et porteurs de vêtements EPI dans un secteur à risques élevés, qui est la métallurgie et assimilés. L’objectif était de sonder les entreprises et leurs employés pour faire un état des lieux des usages et connaissances en matière de vêtements EPI. Les résultats étant assez surprenants, le GEIST tient à sensibiliser aujourd’hui collectivités, entrepreneurs, responsables HSE et salariés, sur la nécessité d’une bonne gestion d’un vêtement EPI, d’autant que des normes nombreuses et complexes, ainsi que l’entrée en vigueur du règlement n° 2016/425 au 21 Avril 2019, vont durcir la mise sur le marché des vêtements de protection portés par des milliers de travailleurs.

Ces vêtements de protection sont une catégorie spéciale de vêtements de travail assimilés aux équipements de protection individuelle (EPI). Spontanément, les professionnels assimilent davantage les EPI aux chaussures de sécurité ou aux bouchons d’oreilles ; toutefois les vêtements EPI, normés, assurent la sécurité quotidienne des travailleurs à risques.

L’entretien d’un vêtement EPI ne se résume pas à un simple nettoyage comme le pense la majorité des répondants de l’enquête. Ces vêtements exigent des traitements particuliers à des températures de lavages et de séchages différenciés pour garantir une bonne durabilité des articles textiles et surtout assurer une protection optimale de l’utilisateur. Ces conditions se traduisent dans les centres de traitement par des programmes de lavage spécifiques. Les processus de réparations de ces vêtements EPI doivent également respecter un cahier des charges précis répondant aux normes ISO et bénéficier de contrôles réguliers. Les coutures doivent être à l’épreuve des différents risques auxquels sont exposés les utilisateurs (feu, acide, haute visibilité etc..).

Parmi les points clés issus de l’étude, on note que :

  • Seule 1 entreprise sur 5 connaît les obligations spécifiques d’entretien et de réparation des vêtements EPI achetés.
  • Plus de 90% des porteurs de vêtements EPI achetés ne savent pas pourquoi il est important de connaître le nombre de lavage.
  • En l’absence de consigne de l’employeur, 80% des porteurs entretiennent leurs vêtements EPI à domicile.

Afin de compléter ce dernier point rarement évoqué, une gérante d’une entreprise de trois porteurs partage une expérience intéressante : « J’ai décidé de passer à la location après qu’un inspecteur du travail m’ait dit que j’empoisonnais mes salariés. Selon lui, les poussières présentes sur les EPI finissent dans les canalisations d’eau, ce qui peut être dangereux pour la santé du salarié et de sa famille ».

Face à l’ensemble de ces risques, le GEIST tient à rappeler que ses membres sont en mesure d’accompagner autant les TPE que les plus grandes entreprises, en proposant une solution globale incluant l’évaluation des risques et des conseils sur-mesure. Les standards de la profession incluent un entretien régulier, la traçabilité, le contrôle et la réparation des vêtements, et son remplacement si nécessaire.

 

Partager l'article