Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Pressings. Une réouverture sous tension


Publié le 28 avr. 2020 13:34:05

 

Face à cette crise sans précédent pour notre secteur, la Fédération Française des Pressings et Blanchisseries (FFPB) s’est battue aux côtés de la CNAMS, la CPME et de l’U2P afin de solutionner l’accès aux dispositifs proposés par l’Etat pour les pressings. « En l’état, à cause du décret sur les établissements autorisés à ouvrir, les pressings ne pouvaient pas prétendre à grand-chose, en dehors par exemple du fonds de solidarité et du chômage partiel. Suite à ce travail conjoint, nous avons mis en place une page spéciale sur notre site web dédiée à la gestion de la situation. Y figurent tous les documents utiles aux exploitants ainsi que les liens officiels vers les sites essentiels. Nous avons transmis à nos adhérents dont nous disposions du mail tous ces documents, et une plateforme téléphonique nous informe de chaque appel reçu, qu’il provienne d’un adhérent ou non », détaille le président, Olivier Risse.

La FFPB affirme par ailleurs maintenir des contacts très fréquents avec ses représentants en région, de nombreux professionnels, ainsi qu’avec les ministères et les élus. « Les conséquences vont se faire pesantes sur notre marché, notamment l’impact économique. Les pressings accusent une forte perte de chiffre d’affaires dans une saison habituellement forte. Des incertitudes demeurent sur les charges, entre autres la suppression des loyers. Le secteur en sortira affaibli économiquement, pour les petits exploitants comme pour les plus gros », déplore Olivier Risse. Un constat qui amène la FFPB à préparer du mieux possible l’après-Covid 19. « Cette nouvelle phase doit nous permettre de retrouver la clientèle et de la rassurer. La FFPB a créé un groupe de travail comprenant des représentants de toute la filière pour proposer des mesures à mettre en place lors de la reprise de l'activité, aujourd'hui très réduite, pour ne pas dire à l'arrêt. L'objectif est d'apporter des solutions tant techniques que juridiques ou informatives. Les résultats de cette cellule seront communiqués avant le 11 mai, date supposée de la reprise de l’activité. Il s’agira de nouveaux protocoles officiels qui seront aussi publiés par le ministère du Travail sur une fiche sécurité. » Et de conclure : « Nous avons beaucoup de travail devant nous. Une nouvelle fois, le secteur va devoir faire preuve de courage, et réinventer son modèle en bousculant ses habitudes. Il en va de l’avenir de notre métier ! »

 

Partager l'article