Toute l'actualité des professionnels de l'Entretien des Textiles

Actualités

31 mars 2020 15:51:00

Entretien des textiles. Mobilisation et interpellation des pouvoirs publics

L’actualité fait entrer la profession dans la lumière. Laveries, pressings, blanchisseries et loueurs de linge sont autorisés à ouvrir, considérés comme indispensables : tous sont sur le pont face à la crise sanitaire. Tous font front pour accompagner la Santé et les malades pris en charge. Mais sur la planète de l’entretien des textiles, les situations sont hétérogènes selon les segments de marché.

La blanchisserie sur le pied de guerre

Travailleurs de l’ombre, les petites mains qui œuvrent chaque jour en blanchisserie industrielle se relayent sans faillir. Objectif : assurer la livraison en linge plat et tenues de travail des soignants, héros de notre quotidien. « Le gouvernement a précisé les activités prioritaires en cette période de pandémie : agriculture, industrie et distribution alimentaire, pharmacies, banques… ainsi que les blanchisseries ! C’est dire l’impact significatif de nos activités sur la continuité de la vie sociale et, plus spécialement, des soins médicaux. Nos blanchisseries industrielles participent en effet directement à l’effort national de lutte contre le Covid-19 en assurant la fourniture et le lavage du linge destiné au personnel soignant et aux patients dans de très nombreux établissements de santé, privés ou publics, dans toute la France », souligne le GEIST. Gérer l'urgence dans le respect absolu de la sécurité n’est pas si évident. Heureusement, « les Plans de Continuité d’Activité (PCA) établis de longue date garantissent l’absence de rupture dans la chaine d’approvisionnement. Ils assurent la protection du personnel des entreprises de la profession, en instaurant des mesures d’hygiène drastique : la sécurité des équipes est organisée, de même que l’efficacité de nos services. Face à la crise du corona virus, les entreprises de blanchisserie et location textile sont aux côtés de leurs clients pour assurer la continuité de la fourniture du linge pour tous les services de santé, pour les hôpitaux, les maisons médicalisées, les centres de soins, les cabinets médicaux, les laboratoires, les services de secours, les pompiers, les forces armées, les associations caritatives, pour l’industrie pharmaceutique et agro-alimentaire... »

Les laveries au secours des particuliers

Du côté des laveries, les messages à faire passer sont simples et clairs. Indispensables dans la vie de tous les jours pour ceux qui ne disposent pas d’une machine à laver chez eux, la laverie reste un moyen très usité pour nettoyer ses vêtements. L’AFL (Association française des laveries) estime pour sa part « qu'il est de notre devoir de rester ouvert afin que chacun puisse laver son linge, ses vêtements, ses draps... ». L’association conseille vivement à chaque gérant de laverie « d’apposer à l'extérieur et à l'intérieur de la laverie l'affiche disponible sur la page COVID-19 de son site web, de faire respecter les consignes lorsque vous êtes présent et de désinfecter plusieurs fois par jour les poignées de hublots et les claviers des machines, les claviers des centrales de paiement, les poignées de séchoirs, les tables et bancs. »

Les pressings, ballotés par les mesures de l’Etat

Le marché des pressings a vécu pour sa part dans un flou économique et politique quelques semaines. Autorisés à ouvrir, ces établissements sont confrontés au confinement de leurs clients, inexistants donc, aux risques encourus pour leur personnel en contact direct avec des porteurs potentiels du virus et à une chute drastique de leurs chiffres d’affaires. Sans parler des spécificités liées au traitement du linge contaminé qui implique des process bien particuliers, notamment au niveau de la protection des salariés, rendue impossible suite à la pénurie de masques et de solutions hydroalcooliques. Bilan : la majorité a préféré baisser le rideau le temps de la crise. Problème : ce statut autorisant l’ouverture handicapait la profession, alors exclue des mesures gouvernementales prises en faveur des entreprises en difficulté. A l’instar d’autres fédérations, la FFPB s’est donc adressée au ministre de l’Economie pour rendre accessibles aux pressings les dispositifs mis en place. Face à toutes les requêtes, le gouvernement a finalement assoupli les conditions et élargi aux potentiels bénéficiaires. Un soulagement pour les professionnels concernés, désormais accompagnés et soutenus dans une crise qui pourrait causer tout de même beaucoup de mal au secteur.

Sur le même sujet

En ce moment

Articles les plus lus

S'abonner à la newsletter

Tous les 15 jours, recevez par email toute l'actualité sur l'Entretien des Textiles.