Toute l'actualité des professionnels de l'Entretien des Textiles

Actualités

23 févr. 2021 16:03:46

Pressing. 5àsec sort de redressement judiciaire

Pressing. 5àsec sort de redressement judiciaire

Annoncé dans nos colonnes en mai 2020, le placement en redressement judiciaire du leader du marché est désormais derrière lui. Une bonne nouvelle et un signal positif pour le secteur du pressing qui, dans le contexte sanitaire actuel, souffre des effets des confinements successifs et du télétravail.

15 décembre 2020 : la sortie de redressement judiciaire du groupe 5àsec s’est finalement effectuée assez rapidement, avec en filigrane un plan de relance déjà au point lors de la procédure qui a probablement permis d’être efficace en la matière. Pour rappel, le Tribunal de commerce de Paris avait initié par jugement du 28 avril 2020 le redressement judiciaire au profit de 5àsec, le leader mondial du pressing. La période d’observation courait sur six mois, soit jusqu’au 28 octobre 2020.

Arrivé il y a un an chez 5àsec, Benjamin Lacoste a pris les rênes du poste de directeur général France dans un contexte pour le moins compliqué. « Deux mois et demi après ma prise de fonction, nous avons dû faire face au premier confinement. J’ai fait le choix alors de fermer l’intégralité des magasins du réseau – il n’y avait pas de clients. Deux mois de fermeture, aucun chiffre d’affaires, un énorme impact sur la trésorerie… La décision de se placer sous la protection du tribunal s’est imposée. Mais nous sommes rentrés dans la procédure avec un plan de relance établi, censé se formaliser à l’origine le 18 mars 2020. La signature est tombée à l’eau, mais le projet et le business plan restaient d’actualité. Finalement, le redressement judiciaire a permis de rétablir des équilibres financiers supportables par l’entreprise », constate le directeur général.

Bridgepoint sorti du capital, c’est LGT qui a pris le contrôle et devient donc l’actionnaire de référence. Un appel d’air pour 5àsec, qui bénéficie de plus de 10 millions d’euros de ré-investissement. De quoi envisager l’avenir avec plus de sérénité. Au-delà du désendettement massif et du nouvel actionnaire majoritaire qui investit, Benjamin Lacoste peut s’enorgueillir de n’avoir procédé à aucun licenciement. « Aucune casse n’est à déplorer aux niveaux des équipes, ni aucune fermeture de magasins. Nous avons réussi à préserver le capital humain et technique, et c’était essentiel pour moi. »

Il semble probable que l’ancien actionnaire n’avait probablement pas mesuré le niveau d’investissements nécessaires ni le niveau de performance réelle de l’entreprise. Conscient des enjeux et du déclin du marché, le directeur général de 5àsec reste toutefois convaincu qu’il y a des actions à mener pour relancer la marque et dynamiser le secteur, notamment « en termes d’offre produits, d’offre de services, d’expérience client ». « Le métier doit se moderniser et se transformer. L’année 2020 a été particulièrement compliquée mais nous l’avons mise à profit pour mettre au point notre stratégie. » L’avenir dira si celle-ci fonctionne« L’enjeu pour 5àsec aujourd’hui est de réussir la reprise d’activité et de poursuivre le plan de relance », conclut Benjamin Lacoste.

Sur le même sujet

Vidéo du mois

VILLARD - Cabri et Roll monoblocs

Annuaire

Trouvez les prestataires de l'Entretien des Textiles

S'abonner à la newsletter

Tous les 15 jours, recevez par email toute l'actualité sur l'Entretien des Textiles.