Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Pressing et blanchisserie. Otek, le concept qui gagne du terrain !


Publié le 4 mars 2020 16:34:00

 

Otek, c’est une solution proposée depuis 2013 par Gaches Chimie qui a pour maître-mot le développement durable et la réduction des coûts en blanchisserie. Avec plus de 300 implantations aujourd’hui en France et une centaine de plus en Europe, le concept a fait ses preuves et explose ces derniers mois, légitimant ainsi sa place sur le marché.

Il s’agit d’un concept qui par essence, parce qu’il permet de laver à froid, vient bousculer le fameux cercle de Sinner, ce principe qui définit et structure la base d'un nettoyage « parfait ». De fait, si ses détracteurs ont pu être nombreux à l’origine, c’est désormais bien moins vrai, d’autant que le procédé Otek de Gaches Chimie est adapté au pressing d’une part, et à la blanchisserie d’autre part, ce qui inclut la blanchisserie industrielle, hospitalière, les Ehpad, l’hôtellerie, les thermes, les Esat… Les deux segments de marché se répartissent les installations actuelles à parts égales. « Le rythme d’implantation depuis quelques semaines est de deux à trois installations hebdomadaires, se réjouit Jean-Pierre Bouly, directeur de l’activité entretien textile chez Gaches Chimie. Des chaînes de pressing ont déjà fait la bascule en adoptant Otek, à l’instar du groupe Financière du Nord (59) dirigé par Didier Poignand (Teinturerie Rossel et Alizes), qui a équipé ses 32 magasins et sa blanchisserie. Ou encore du groupe Bel et Blanc, dirigé par Jean-François DEMAY, qui a équipé ses 18 magasins et sa blanchisserie également. » « Nous travaillons avec la R&D en général et celle du GIP Trégor-Goëlo actuellement pour adapter le concept sur les tunnels de lavage pour le côté assainissant, mais aussi avec notre partenaire Christeyns pour améliorer les process d’entretien et optimiser la durée de vie des vêtements et du linge notamment. Nous avons également développé des produits lessiviels avec des enzymes spécifiques qui travaillent entre 16 et 20° », souligne Stéphane Gadeyne, qui a rejoint Gaches il y a neuf mois en tant que directeur adjoint pour le secteur blanchisserie.

Désormais, Otek se développe aussi en Europe et à travers le monde. Le résultat du partenariat avec Christeyns, qui, témoin de la performance du procédé, a en effet souhaité en assurer la commercialisation dans le reste de l’Europe. Logique, Otek a de quoi séduire :  avec ce système, les économies pour les professionnels de l’entretien des textiles vont de quelques centaines d’euros par mois par et machine pour les plus petites de 13 kg, jusqu’à des milliers d’euros pour les plus grosses unités de 210 kg. « Toutes les marques et capacités de laveuses programmables peuvent en bénéficier. En plus des gains énergétiques, le lavage à l’eau froide réduit le temps de cycle d’environ ¼ en éliminant le temps de chauffe, le prélavage et un rinçage. Avantage, la capacité de production augmente très sensiblement, deux machines pouvant fournir l’équivalent de trois unités », détaille Jean-Pierre Bouly. Et d’enfoncer le clou : « L’exploitant baisse aussi sa consommation de produits chimiques de 30% en générant moins de rejets. »

Retrouvez cet article dans son intégralité dans notre édition du mois de mars 2020.

 

Partager l'article