Espace abonné
Mon panier
 

Actualités

Création du GCS Blanchisserie Toulousaine de Santé


Publié le 3 mai 2016 16:05:00

 

Première blanchisserie hospitalière de la région, quatrième de France, la blanchisserie du Chapitre est devenue le 1er janvier dernier le site de production du GCS Blanchisserie Toulousaine de Santé. Cette volonté de mutualiser des moyens publics s’inscrit totalement dans l’esprit des groupements hospitaliers de territoire (GHT) prônés par la loi de santé Touraine en 2015.

« Bien plus qu’un changement d’exploitant, la création du GCS a permis de mettre en commun les moyens de chacun afin de maintenir les coûts de production tout en restant performant.
Cela a également permis de conclure de nouveaux contrats augmentant par conséquence les volumes de production », explique Marc Drezen, le directeur technique d’exploitation.

Un choix raisonné

Née de l’intérêt de l’ensemble des fondateurs membres et associés (CHU, CCAS de la ville de Toulouse, hôpital de Muret, Institut Claudius Régaud et Hôpital J. Ducuing) de regrouper leurs investissements dans un seul outil de production, la blanchisserie du Chapitre est devenue tout naturellement ce site central car elle disposait déjà d’une capacité de production importante lui permettant de traiter quotidiennement les 17 tonnes de linge des différents hôpitaux du CHU de Toulouse. « Les blanchisseries hospitalières ou médico-sociales relèvent d’une activité de type industrielle car elles nécessitent l’achat de machines sophistiquées, coûteuses, à même de permettre une automatisation et une productivité importante.  Ces investissements sont également nécessaires pour alléger la pénibilité du travail dans l’usine et des progrès considérables ont été réalisés dans le domaine de l’ergonomie », témoigne l’administrateur Yann Morvezen.  

Au service de l’intérêt public

Depuis environ trois ans, le CHU et les établissements de Muret et du CCAS de la ville de Toulouse avaient la même interrogation quant à leur capacité à renouveler ou moderniser leur outil de production.  Le CHU disposait d’une blanchisserie de type industrielle lui permettant d’obtenir un prix au kg de linge extrêmement compétitif, mais avec des besoins de renouvellement conséquents et onéreux.  L’hôpital de Muret et le CCAS étaient quant à eux confrontés à un outil de production extrêmement vieillissant, générateur de pannes récurrentes et au final peu performant en terme de coût de revient.  « Plutôt que d’investir de façon indépendante, ces trois établissements ont choisi de travailler pendant l’année 2015 à la formalisation d’un nouveau modèle de coopération, auquel sont venus se joindre également l’Institut Claudius Régaud et l’Hôpital Joseph Ducuing, clients historiques du CHU pour le lavage de leur linge.  Ces cinq établissements ont souhaité que le statut du GCS soit public, ce qui a permis de renforcer la confiance du personnel dans ce nouveau modèle et de garantir que l’intérêt public prédomine dans la mesure où le GCS ne peut générer aucun bénéfice de son activité et facture à prix coûtant. Ce statut permet également de se conformer aux règles européennes de respect du droit de la concurrence », souligne Yann Morvezen.

Des investissements indispensables

La création du GCS s’est naturellement accompagnée d’une extension sensible de la blanchisserie existante au Chapitre. « Les investissements de 4 M€ pour agrandir les surfaces d’environ 1500 m2 et installer de nouvelles machines permettent de passer d’une capacité de production de 17 à 25 tonnes.  Ce potentiel nous permettra d’accueillir un ou deux membres supplémentaires et donc de mutualiser encore davantage les investissements. Il faut signaler enfin qu’au-delà de conditions économiques très attractives, les membres peuvent compter sur une prestation de qualité car la blanchisserie du Chapitre s’était lancée il y a 3 ans dans une ambitieuse démarche d’obtention d’une certification ISO 9001 », précisent l’administrateur et le directeur technique.  Le travail considérable qui a été mené par l’encadrement et les équipes a permis d’obtenir le précieux macaron en avril 2015.

 

 

 

 

Partager l'article