Espace abonné
Mon panier
 

Toute l'actualités de l'entretien pro des textiles : blanchisseries, pressings

 

Le leader de la location-entretien textile Elis a ouvert une nouvelle usine polyvalente à Saint Geours-de-Maremne, dans le sud-ouest de la France. Également, appelée « Elis Sud Aquitaine », elle a commencé à servir ses clients depuis le 16 novembre 2020.

Le site permet de réunir en un même lieu deux usines du groupe (Anglet et Bénesse-Maremne) et un centre de service (Saint-Martin-de-Seignanx) et de décharger l’usine de Toulouse sur le vêtement professionnel.

L'usine s'étend sur une surface de 11 471 m², dont 9 973 m² dédiés à la production et aux locaux pour des capacités maximum de production de :

  • 80 000 vêtements professionnels par semaine 
  • 280 tonnes de linge plat par semaine
  • 10 tonnes de tapis par semaine

Elis Sud Aquitaine desservira environ 2 000 clients et 3 900 points de livraison, avec une forte saisonnalité, situés principalement sur les côtes basque et landaise. L'activité de l'usine se répartira sur tous les secteurs d'activités servis par le groupe : hôtellerie et restauration, commerce, industrie, santé.

Elis Sud Aquitaine s’inscrit dans les objectifs RSE du groupe en ayant notamment recours à un ballon d’eau chaude à la place d’une chaudière, et prévoit 6 litres d'eau par kilo lavé afin de réduire sa consommation d’eau. L’usine prévoit également d’installer à terme 6 bornes électriques pour les véhicules des collaborateurs, soit 12 prises disponibles, afin de favoriser une mobilité plus durable, plus propre et plus responsable.

 

Pressing & Laverie. Une nouvelle mesure de soutien


Publié le 7 avr. 2021 15:10:00

 

Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, et Olivier Dussopt, ministre délégué aux Comptes publics, ont annoncé le prolongement et l’extension du dispositif de plans de règlement permettant aux entreprises d’étaler, sur une durée pouvant atteindre 3 ans, le paiement de leurs impôts dus jusqu’au 31 décembre 2020. Les pressings et les blanchisseries notamment sont concernés : ces plans de règlement visent à soutenir les très petites entreprises (TPE) et les petites et moyennes entreprises (PME), particulièrement touchées par les conséquences économiques de la crise sanitaire. Ils s’adressent en effet aux commerçants, artisans et professions libérales ayant débuté leur activité au plus tard en 2019, quel que soit leur statut (société, entrepreneur individuel, etc.) et leur régime fiscal et social (y compris micro-entrepreneurs), sans condition de secteur d’activité ou de perte de chiffre d’affaires.

Quels impôts sont concernés ?

Ce sont les impôts directs et indirects recouvrés par la Direction générale des finances publiques, sauf ceux résultant d’un contrôle fiscal, dont le paiement devait intervenir au plus tard le 31 décembre 2020, le cas échéant avant décision de report au titre de la crise sanitaire.

Il s’agit notamment :

  • de la taxe sur la valeur ajoutée ;
  • de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises ;
  • de la cotisation foncière des entreprises ;
  • du prélèvement à la source ;
  • de l’impôt sur les sociétés ;
  • de la taxe foncière des entreprises propriétaires ;
  • de l’impôt sur les revenus des entrepreneurs individuels.

Parmi cette dette fiscale, l’entreprise doit être redevable, au jour de la demande de plan, d’impôts dont la date d’échéance de paiement est intervenue, ou aurait dû intervenir avant décision de report au titre de la crise sanitaire, entre le 1er mars 2020 et le 31 décembre 2020.

Quelles sont les caractéristiques de ces plans de règlement ? 

Ces plans sont d’une durée de 12, 24 ou 36 mois, calculée par l’administration fiscale en fonction de l’endettement fiscal et social de l’entreprise. Pour les plans d’une durée inférieure ou égale à 24 mois, l’entreprise n’a pas à fournir de garanties.

Comment en bénéficier ?

L’entreprise fait sa demande, au plus tard le 30 juin 2021, à l’aide d’un formulaire de demande de plan de règlement « spécifique covid‑19 » disponible sur le site impots.gouv.fr, depuis la messagerie sécurisée de son espace professionnel, ou à défaut par courriel ou courrier adressé à son service des impôts des entreprises.

 

Bien que le groupe Jensen, spécialisé dans la blanchisserie industrielle, a été très affecté par la crise qu'a entraîné la pandémie et que l'heure soit au contrôle des coûts pour maintenir la rentabilité, Jensen a augmenté fin mars sa participation dans Inwatec ApS de 30% à 70%. Une décision stratégique : « Ensemble, nous créons l'avenir de l'automatisation de la blanchisserie, maintenant », déclare Jesper Munch Jensen, PDG de Jensen-Group, ajoutant que « les deux entreprises partagent les mêmes valeurs et la même culture, faisant entrer notre ingénierie dans le 21e siècle. » Rappelons que la compétence principale d'Inwatec se situe dans le domaine du développement logiciel et mécanique pour l'automatisation de la blanchisserie et la robotique. Inwatec a annoncé un résultat net de 2,7 M€ en 2020. Jensen ne s'attend pas à un impact significatif sur le chiffre d'affaires consolidé du groupe. De plus amples détails sur l'allocation du prix d'achat (14,9 millions d'euros) seront publiés dans les états financiers semestriels résumés.

Pour le groupe Jensen, 2020 a été une année particulière, en témoigne le retour du cours de son action à son niveau de 2015. En raison de l'impact de Covid-19, le chiffre d'affaires est passé de 332,2 millions d'euros en 2019 à 245,2 millions d'euros en 2020, soit une baisse de 26,2%. Si le tassement du chiffre d’affaires est resté en ligne avec celui du premier semestre (-26,8%), qui comprenait toutefois un premier trimestre relativement « normal », Jensen n'a pas bénéficié de la reprise constatée ailleurs au deuxième semestre. Sous l'effet de la pandémie, la part de l'Union européenne (UE) (environ 2/3) dans les ventes a augmenté au détriment de l'Asie. Mais Jensen vise un ratio de 50% pour l'UE et 50% pour le reste du monde. Les perspectives pour cette année ne sont pas encore engageantes : le groupe s'attend à connaître des difficultés pendant un certain temps encore. Il a reçu en 2020 pour seulement 223,4 millions d'euros de commandes (-31,5% par rapport aux 326,3 millions de 2019), ce qui n'incite pas à un grand optimisme pour le premier semestre de 2021.

 

Location-entretien. Initial lance « ID.Track »


Publié le 7 avr. 2021 15:06:00

 

Initial, la marque de location-entretien textile du groupe Rentokil-Initial, innove avec « ID.Track », un service proposé à partir du marquage RFID UHF des vêtements de travail (articles textile et équipements de protection individuelle) dans une démarche de transparence et de simplification du suivi des collectes et des livraisons.

Premier acteur du secteur à avoir initié cette technologie, Initial avait mené deux projets pilotes concluants en 2018. Résultat d’une longue période de recherche et développement, le dispositif accompagne désormais plus de 1 500 clients dans les secteurs de l’industrie, de la restauration et du paramédical notamment.

Ce service à forte valeur ajoutée permet de garantir aux usagers la traçabilité des articles en temps réel tout au long des cycles de rotation, depuis la collecte du linge sale jusqu’à la livraison du linge propre sur le site du client.

Conçu comme un service clé en main, le service ID.Track est accessible depuis l’espace client web d’Initial où le gestionnaire peut notamment retrouver toutes les informations sur : 

  • la date et l'heure de livraison et de collecte du vêtement,
  • le site sur lequel le linge a été livré et collecté (dans le cadre d’une gestion multi-sites),
  • le type d'article dont il s'agit et sa taille,
  • la personne à qui il a été attribué,
  • les informations spécifiques du vêtement (réparation, couture...).

ID.Track ne nécessite aucune installation spécifique, le scan des vêtements étant réalisé par l’agent de service Initial à chaque livraison ou collecte des vêtements.

La solution repose sur l'intégration dans les articles textiles d’une puce RFID Ultra Haute fréquence (UHF), la technologie d’identification par radiofréquence dite « sans contact » adaptée au milieu industriel et au comptage de masse. Cette technologie permet de scanner jusqu’à 700 vêtements de façon simultanée, à distance, et de remonter ces informations en quelques secondes sur le logiciel de lecture des opérateurs.
Le marqueur RFID UHF est intégré par les principaux fournisseurs d’Initial au moment de la confection des vêtements et facilite dès lors la préparation des mises en place sur les sites d’Initial.
Passive par défaut, la puce de la solution ID.Track n'est détectable qu’au passage d’un lecteur RFID UHF à proximité à partir duquel les informations sont stockées directement sur les serveurs sécurisés d’Initial et ne peuvent en aucun cas être récupérées par un tiers.

Elle ne permet donc pas la géolocalisation des vêtements et est sans danger pour leurs porteurs puisqu’elle n’émet aucune onde.

 

Resuinsa, fabricant international de textiles pour l'hôtellerie et leader en R&D dans le secteur, et UBI Solutions, leader du marché européen des applications d'identification par radiofréquence (RFID), annoncent un partenariat stratégique pour la mise en œuvre de solutions RFID dans les hôtels et les blanchisseries industrielles.

L'objectif des deux entreprises est de pouvoir offrir une réponse technique aux défis actuels et futurs, axée sur une meilleure vision des processus liés au textile, et surtout de mettre à la disposition du secteur les dernières technologies du marché. De cette façon, tant l'hôtelier que le blanchisseur peuvent analyser les informations et prendre les décisions les plus efficaces et correctes en temps réel, ce qui se traduit par une amélioration de la gestion financière et des processus opérationnels.

Le résultat de cette union est une solution qui permet :

  • l'identification, la localisation et la gestion des actifs ;
  • l'intégration transparente des données ;
  • la génération de rapports par clients ou articles;
  • la détection d'erreurs dans chacun des processus ;
  • et le contrôle de toutes les pièces en circulation.

Toutes les informations sont stockées dans le Cloud donnant ainsi accès aux utilisateurs à tous les flux, les stocks, les pertes, les rotations et bien d'autres informations entre les hôtels et les blanchisseries.

Félix Martí, Directeur Général de Resuinsa, déclare que « la transformation digitale dans le secteur hôtelier est de plus en plus présente. Les hôtels doivent considérer la digitalisation comme une opportunité commerciale, car elle leur permet d'améliorer immédiatement le contrôle et la gestion de leurs textiles. Grâce à l'intégration transparente des données avec le système de gestion de l'entreprise, il est possible de disposer de toutes les informations en temps réel, tout en ayant l'efficacité et la sécurité dans tous les processus. »  Renaud Munier, Directeur du marketing et du développement commercial international d'UBI Solutions, souligne : « Nous sommes très heureux de cette coopération avec Resuinsa. Nous partageons la même vision d'aider le secteur de l'hôtellerie à digitaliser et à améliorer la gestion des textiles, en misant sur une R&D continue. Notre entreprise a été pionnière, il y a plus de 10 ans, dans la mise en œuvre de la technologie RFID UHF pour les textiles à un niveau international et notre partenariat ne pouvait se faire qu'avec des professionnels comme eux. »