Espace abonné
Mon panier
 

Toute l'actualités de l'entretien pro des textiles : blanchisseries, pressings

 

Si les contenus officiels et en ligne n’ont pas encore été actualisés, il n’empêche que les dernières déclarations du ministre de l’Economie en date du 14 janvier ont de quoi réjouir le secteur de l’entretien textile. Dans un contexte de reprise de l’épidémie, et alors que de nombreux secteurs d’activité dont la profession est tributaire pour partie sont toujours dans l’incapacité de travailler, Bruno Le Maire a en effet annoncé plusieurs modifications. On commence avec le fonds de solidarité couvrant les pertes du mois de janvier 2021 : bonne nouvelle, les entreprises du secteur S1 bis qui enregistrent une baisse d’au moins 70 % de leur chiffre d’affaires auront droit à une indemnisation couvrant 20% de leur CA de 2019, dans la limite de 200 000 euros par mois. Ces entreprises peuvent d’ailleurs bénéficier de cette aide pour les pertes de décembre 2020, quelle que soit leur taille. Ce dernier point, essentiel, a de quoi réjouir notamment les blanchisseries industrielles qui avaient jusqu’alors été écartées des dispositifs en raison de leurs effectifs supérieurs à 50 salariés.

Autre nouveauté : l’Etat va prendre en charge jusqu’à 70% des coûts fixes des entreprises fermées administrativement, ou des entreprises appartenant aux secteurs S1 et S1 bis, à condition qu’elles réalisent un chiffre d’affaires supérieur à 1 million d’euros par mois. Cette aide, cumulable avec le fonds de solidarité, sera plafonnée à 3 millions d’euros sur la période de janvier à juin 2021. « Nous travaillons également à étendre l’aide complémentaire sur les charges fixes aux plus petites structures qui ne feraient pas 1 million d’euros de chiffre d’affaires par mois mais qui auraient d’importantes charges fixes», a par ailleurs ajouté Bruno Le Maire. Une bonne nouvelle à venir peut-être pour le secteur là encore, à suivre de près donc.

En revanche, aucune aide spécifique n’a été annoncée en raison du couvre-feu avancé à 18 heures, et ce alors même que cette fermeture anticipée a un impact significatif sur l’activité des commerces, notamment les laveries. Seul le dispositif de prise en charge à 100% du chômage partiel a été prolongé. 

Enfin, Bruno Le Maire a annoncé que toutes les entreprises qui le souhaitent, quelles que soit leur activité et leur taille, peuvent dès à présent se rapprocher de leur banquier afin d’obtenir un différé d’une année pour commencer à rembourser leur prêt garanti par l’Etat (PGE).

 

Trois ans : c’est le temps qu’il aura fallu à la commission professionnelle consultative, la CPC Industrie, chargée d’examiner les projets de création, de révision ou de suppression de diplômes et titres à finalité professionnelle délivrés au nom de l’Etat, pour valider la refonte du CAP et du BAC Pro avec leurs deux options : blanchisserie et pressing. Une avancée attendue par les professionnels du secteur qui constataient un décalage entre les besoins exprimés sur le terrain et ayant beaucoup évolué ces dernières années et les enseignements assimilés en cours par les élèves. Un travail de longue haleine donc, qui a rassemblé les trois organismes représentatifs de la profession à l’origine de cette initiative : la FFPB, le GEIST et l’URBH. C’est en décembre 2017 qu’une note d’opportunité avait été proposée au ministère de l’Éducation nationale ayant pour objet la rénovation des diplômes préparant aux métiers du pressing et de la blanchisserie.

  • L’analyse de l’adéquation Emploi-Formation a été abordée selon quatre thématiques :
  • L’évolution des activités professionnelles ;
  • L’évolution des métiers et des compétences requises pour les secteurs du pressing et de la blanchisserie ;
  • Les convergences et écarts entre l’offre de formation et les besoins réels des entreprises ;
  • L’évolution des formations et des contenus face aux évolutions prévisibles, à la formation par alternance et à la formation continue.

A partir de ces éléments, la remise à niveau et l’actualisation des contenus des référentiels apparaissant essentielles, la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) et l’Inspection générale de l’Éducation nationale ont organisées et pilotées les réunions nécessaires à leur réécriture, auxquelles ont contribué des enseignants, des représentants des trois organisations professionnelles nationales ainsi que le CTTN. La publication des référentiels au journal officiel est actuellement en cours.

Leur particularité : pour les diplômes concernés, chaque première année consiste en un tronc commun consacré à l’entretien des textiles. C’est à l’issue de la première année du CAP ou à l’issue de la classe de seconde pour le BAC Pro, que les apprenants en formation initiale (hors formation continue), devront choisir soit l’option A : Blanchisserie, ou l’option B : Pressing.

Ces référentiels seront applicables dès la rentrée de septembre 2021, de sorte que la première session d’examen du CAP« Métiers de l’entretien des textiles, option A : blanchisserie, option B : pressing » aura lieu en 2023. La première session d’examen Bac pro« Métiers de l’entretien des textiles, option A : blanchisserie, option B : pressing » aura lieu quant à elle en 2024.

 

L’agence de l’eau Seine Normandie lance un appel à projets « Innovations pour la gestion de l'eau » de 15 millions d'euros dans le cadre de son volet transition numérique et économie circulaire.

L’agence de l’eau s’engage en effet pour l’innovation au service de la transition écologique, l’adaptation au changement climatique, la préservation de la ressource en eau et de la biodiversité. L'appel à projets concerne des projets innovants s'appuyant sur les technologies du numérique, de l'intelligence artificielle et de l'économie circulaire. Il s’inscrit dans les conclusions des Assises de l'Eau, portées par le ministère de la Transition écologique pour améliorer la performance environnementale des systèmes d’eau potable et d’assainissement. Validé le 6 octobre 2020, il permet de cofinancer des projets jusqu’à 80%, tels que des études opérationnelles, le déploiement de nouvelles technologies, d’outils de suivi «intelligents», et des projets de recherche et développement autour de 4 axes :

  • L’usine d’épuration du futur,
  • Les réseaux d’eau intelligents,
  • L’éco-efficience des procédés industriels,
  • Le numérique au service de l’aide à la décision et au partage de l’information.

Les candidatures sont ouvertes aux collectivités, entreprises et associations du bassin Seine-Normandie jusqu’au 30 avril 2021.

 

Textile. Cordura Fabrics lance sa tissuthèque en ligne


Publié le 27 janv. 2021 14:28:38

 

En ce début 2021, la marque de tissus et technologies de performance Cordura lance sa tissuthèque en ligne. Cette tissuthèque numérique permettra d'améliorer l'accessibilité des tissus, tout en créant une communauté numérique de partenaires textiles dans une industrie qui s'adapte à un monde en pleine évolution.

Dotée d'une interface numérique simple d'utilisation, la tissuthèque facilitera l'accès aux tissus Cordura agréés pour la création d’un large éventail de produits, allant des sacs et sacs à dos aux accessoires et chaussures, en passant par le denim, les tissus urbains, les vêtements de sport actif ou de travail...

Cette plateforme collaborative offre aux tisseurs et filateurs partenaires stratégiques de la marque une vitrine pour présenter leurs dernières collections, leurs tissus primés et leurs innovations durables. Elle crée aussi un espace virtuel permettant aux stylistes et fabricants de communiquer directement avec l’équipe de la marque Cordura.

Une ressource gratuite pour encourager la collaboration

Selon Cindy McNaull, directrice du développement commercial de la marque, « la COVID-19 nous a donné la possibilité de tout remettre à plat et de reconstruire quelque chose de mieux qu'avant. L'expérimentation, l'agilité et l'esprit d'entreprise étant des valeurs fondamentales de Invista et de la marque Cordura, nous cherchons en permanence à développer des outils de transformation à l'épreuve du temps. Nous sommes ravis de proposer une expérience axée sur le client, visant à répondre aux besoins numériques croissants des stylistes actuels. Un choix infini de tissus ouvre la voie à d'innombrables possibilités de concevoir de nouveaux produits innovants et de proposer une création utile. »

Répondre aux besoins numériques croissants de la communauté des stylistes

La tissuthèque numérique (DFL) sera ainsi une source d'inspiration et de créativité fonctionnelle pour la communauté des créateurs et stylistes, grâce à des images de tissus et à des collections à la pointe des tendances. Intégrant des tissus issus de 15 technologies différentes Cordura Advanced Fabrics, la tissuthèque présentera une sélection variée et grandissante des 2 500 tissus Cordura aujourd’hui agréés. Des messages ciblés par e-mail visant à annoncer les dernières innovations textiles et les collaborations avec des fabricants partenaires viendront encore renforcer son intérêt pour les stylistes.

Des innovations au service d'un monde durable

« La durabilité est notre principe fondamental, à la fois en termes de produits et de création d'un monde plus durable pour nous tous, ajoute Cindy McNaull. Nous continuons à travailler sur nos outils numériques et nos points de contact avec les clients afin de préparer l'avenir. Grâce au lancement de cette plateforme virtuelle, nous pourrons rapidement communiquer des informations sur les dernières innovations durables et solutions textiles proposées par Cordura Advanced Fabrics. « Le développement durable commence par des produits qui durent » (« Sustainability Begins With Products That LastTM »). A l’heure où nous nous tournons vers l'avenir, nous avons hâte de collaborer avec une communauté Cordura plus large et connectée pour écrire le prochain chapitre de notre parcours de développement durable. »

 

Blanchisserie. Le SYNEG partenaire du réseau Restau’Co


Publié le 27 janv. 2021 14:25:36

 

Le SYNEG (syndicat de l’équipement des grandes cuisines) devient partenaire du déploiement de Mon Restau Responsable auprès du Réseau Restau'co. A ce titre, ilmet à disposition des établissements engagés dans la démarche Mon Restau Responsable son expertise RSE dans le domaine des équipements de cuisine professionnelle et de blanchisserie : fin de vie des équipements, efficacité énergétique, alimentarité des matériaux, ergonomie des postes de travail...  « Pour le SYNEG, devenir partenaire de Mon Restau Responsable constitue une étape supplémentaire dans sa démarche RSE, parfaitement cohérente avec les valeurs développées dans notre Charte de qualité et le service opérationnel proposé par VALO RESTO PRO. Nous renforçons ainsi notre proximité avec le réseau Restau’c, pour imaginer les futures réponses industrielles aux nouveaux enjeux RSE de la restauration hors-domicile », déclare Pierre Marcel, le président du SYNEG.  

De son côté, Sylvie DAURIAT, présidente du réseau Restau’co, explique : « Accueillir le SYNEG dans le dispositif Mon Restau Responsable est pour la démarche une opportunité de compléter nos expertises et expériences sur la thématique de l’équipement de cuisine. Forts de ces échanges, Restau’co et le Syneg aideront à l’avancée de la filière au regard des besoins des professionnels de la restauration collective en lien étroit avec les exigences terrain. »

Mon Restau Responsable a été créé par Restau'co et la Fondation Nicolas Hulot en 2015 pour prendre en compte tous les aspects RSE (responsabilité sociétale des entreprises) d'un restaurant collectif. C’est un outil gratuit qui permet de valoriser les bonnes pratiques existantes et de définir de nouvelles pistes d’amélioration autour de 4 piliers : le bien-être, l’assiette responsable, les éco-gestes, l’engagement social et territorial. Plus de 1 500 établissements de restauration collective sont aujourd’hui engagés dans la démarche.